Skip to main content

Perte d'emploi : comment faire face à la baisse de vos revenus ?

Vous venez de perdre votre emploi ? Pour éviter de vous retrouver dans la difficulté, prenez le temps de faire le point sur votre épargne disponible, les dépenses à réduire ou encore vos aides possibles.

Passez en revue vos abonnements

En cas de difficultés financières, tentez de déterminer les postes de dépenses que vous pouvez potentiellement réduire. Vous pouvez par exemple étudier la possibilité d’opter pour un forfait de téléphonie mobile ou internet moins onéreux, ou encore de suspendre certains abonnements dont vous n’avez plus utilité.

Allégez votre charge fiscale

En cas de baisse de revenus, pensez à actualiser vos informations sur impots.gouv.fr , via le service en ligne « Gérer mon prélèvement à la source ». Vous pouvez y indiquer une variation de revenus, même prospective, en évaluant ceux que vous percevrez sur l'année, par exemple en vous basant sur vos indemnités chômage. Le nouveau taux calculé par l'administration fiscale s'appliquera au plus tard 2 mois après votre déclaration.

En cas de difficultés sérieuses, vous avez la possibilité de demander une remise gracieuse, partielle ou totale, de votre impôt sur le revenu, de votre taxe d'habitation et de votre taxe foncière. Elle sera accordée ou non après évaluation de vos capacités de paiement.

Piochez dans votre épargne

Si vous êtes titulaire de comptes épargne, comme un Livret A ou Livret de développement durable (LDD), vous pouvez effectuer des retraits à votre convenance, gratuits et illimités. Les fonds déposés sur un contrat d'assurance vie peuvent aussi être débloqués, selon 2 modalités : l’avance, qu'il vous faudra rembourser plus tard, ou le « rachat », autrement dit un retrait de sommes, celui-ci donnant lieu à un prélèvement fiscal.

Si vous êtes bénéficiaire d'un plan d'Épargne Entreprise (PEE), la fin du contrat de travail – qu'il s'agisse d'un licenciement ou d'une rupture conventionnelle – constitue un motif de déblocage anticipé des fonds avant l'expiration du délai d'indisponibilité de 5 ans, sans perte des avantages fiscaux. En revanche, les fonds d'un plan d'épargne pour la retraite collectif (Perco) ne peuvent être débloqués qu'à l'expiration de vos droits au chômage.

Vérifiez les garanties liées à votre prêt immobilier

Si vous remboursez actuellement un prêt immobilier, vous avez peut-être souscrit une assurance perte d'emploi. Valable uniquement en cas de licenciement (et pas de rupture conventionnelle), elle peut prendre en charge la totalité de la mensualité ou seulement? une partie, par exemple la différence entre le montant de la mensualité et le montant de votre allocation chômage, pour une période de 2 à 3 ans.

Par ailleurs, la plupart de ces assurances prévoient un délai de franchise, plus ou moins long après la date de perte de votre emploi. Pour en connaître les modalités exactes, renseignez-vous auprès de votre banquier. À défaut d'assurance, n’hésitez pas à échanger avec ce dernier pour envisager un changement des modalités de remboursement de votre emprunt, si nécessaire.

Assurez-vous de ne pas passer à côté d'une aide

Pour les locataires ayant perdu leur emploi durant la crise sanitaire, Action Logement prévoit 300 € (sous conditions) pour les locataires ayant perdu leur emploi durant la crise sanitaire. Une aide bienvenue mais peu connue, comme d'autres. Pour vous assurer de ne pas passer à côtés de certaines d'entre elles, notamment les aides au logement (APL), rendez-vous sur mesdroitssociaux.gouv.fr afin de vérifiersi vous êtes éligible à certaines prestations sociales.

Que faire si vous travailliez à l'étranger ?

 Si vous avez perdu votre emploi à l'étranger, 2 situations sont possibles :

  • si vous étiez installé dans un pays de l'Union Européenne ou en Suisse, vous pouvez percevoir une indemnisation chômage à une condition : travailler au moins une journée à votre retour en France ;
  • si vous travailliez sur un autre continent, vous pouvez bénéficier d’une indemnisation à condition d’avoir été affilié au régime d’assurance chômage des expatriés.

Dans les deux cas, le bénéfice des aides sociales, comme le revenu de solidarité active (RSA), vous est ouvert 4 mois après votre retour.

Sources :

  • Action Logement
  • Impots.gouv.fr
  • Pôle emploi

Partager

Informations non-contractuelles données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. Generali ne saurait être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature lié aux informations fournies.