Auto : la conduite accompagnée dès 15 ans

 
05/11/2014
conduite_accompagnee

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve l’avait annoncé en juin : la réforme du permis de conduire autorisant la conduite accompagnée dès 15 ans est entrée en application samedi 1er novembre, dès la parution du décret au Journal officiel.

Le permis plus tôt

Désormais, les candidats au permis ayant opté pour la conduite accompagnée pourront passer leur permis plus tôt, dès 17 ans et demi, et pourront ainsi conduire le premier jour de leur majorité.

En 2013, 190 000 jeunes ont obtenu leur permis de conduire (catégorie B) suite à cet apprentissage anticipé de la conduite. L’objectif de cette réforme est de faire passer le nombre de jeunes ayant suivi la conduite accompagnée de 30 à 50 % d’ici fin 2017.

L’idée est aussi de réduire l’accidentalité des jeunes conducteurs : le ministère estime que la conduite accompagnée réduit le nombre d’accidents la première année du permis de 27 % pour les 18-19 ans, et de 25 % pour les 20-21 ans.

Bon à savoir : l’apprentissage anticipé de la conduite prévoit, une fois le code passé, une formation initiale de 20 heures en auto-école, 3 000 km de conduite et deux rendez-vous pédagogiques avec un tuteur.

 

Un accompagnement vers la réussite

Le ministère estime que cette réforme permettra également de réduire les délais d’attente dans les centres d'examen et d’améliorer le taux de réussite à l’examen, les jeunes ayant suivi la conduite accompagnée ayant 20 % de chance en plus de décrocher leur permis (73,9 % de succès, contre 55,2 % par l’apprentissage classique).

Bon à savoir : le coût moyen d'un permis est de 1 500 euros. En cas d’échec au premier essai,  il faut attendre en moyenne 98 jours pour repasser son permis (et repayer des heures de conduite supplémentaires).

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.