Durant votre parcours professionnel, vous avez été salarié, indépendant, fonctionnaire… ? Calculer le montant de votre pension de retraite peut relever du casse-tête ! Il faut prendre en compte non seulement vos différents salaires de base, mais aussi les modes de calcul des différents régimes de retraite auxquels vous avez cotisé...

Salariés, indépendants, artisans… c’est (presque) du pareil au même

Les régimes de retraite du secteur privé bénéficient d’un mode de calcul globalement harmonisé. C’est le cas si vous avez été salarié, indépendant, commerçant ou artisan. Pour une durée de cotisation donnée, le montant de la pension de retraite est calculé sur la base des 25 meilleurs salaires annuels.

Attention toutefois, car à l’heure actuelle, il ne s’agit pas des meilleures années tous régimes confondus, mais des meilleures années au sein de chaque régime en fonction de la durée de cotisation. En clair, ce n’est pas parce que, dans les faits, vous avez eu vos meilleures années en tant que salarié qu’elles seront automatiquement prises en compte ! Résultat : le montant de votre salaire annuel de référence, qui sert de base pour le calcul de votre pension de retraite, peut s’en trouver réduit…

Vous avez été salarié et fonctionnaire

Vous avez été fonctionnaire pendant au moins 2 ans ? La pension de retraite associée à cette période est calculée selon les règles du régime de retraite des fonctionnaires. Si vous l’avez été pendant moins de 2 ans, en tant qu’agent non titulaire de la fonction publique, votre pension de retraite est prise en charge en totalité par le régime général.

Petites pensions, petit versement… mais pas pour longtemps !

Comme une majorité de « polypensionnés », vous avez cotisé à un régime principal pendant presque toute votre carrière et acquis peu de droits ailleurs ? À l’heure actuelle, vous recevez un versement unique en capital pour cette faible cotisation. Ce qui se traduit par une perte de droits, puisque le capital est calculé sur l’hypothèse d’une durée de pension de 15 ans… alors que l’espérance de vie à la retraite est estimée à plus de 20 ans aujourd’hui !

À partir de 2016, ces faibles droits seront pris en charge par le régime auquel vous avez cotisé pendant la majorité de votre parcours professionnel. Ils viendront donc s’ajouter à votre pension principale

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.

Nos solutions