Conseil, comptabilité, e-commerce… Aujourd'hui, grâce aux nouvelles technologies, la plupart des métiers du secteur tertiaire peuvent être exercés hors des locaux de l’entreprise. Quels sont les avantages et les inconvénients du télétravail ? Quelles sont les obligations de l’employeur ? Le point sur cette pratique en plein essor.

Quels ont les avantages et inconvénients du télétravail ?

Aujourd’hui, 12,4 % de la population active française pratique le télétravail (1). Grâce à cette organisation du travail permise par le développement des nouvelles technologies, les salariés ont la possibilité de travailler hors des locaux de leur entreprise : domicile, lieux publics dotés de connexion Wi-Fi, espaces collectifs de télétravail, etc.

Pour le salarié, le télétravail permet notamment de gagner en autonomie, de bénéficier d’horaires flexibles ou encore de réduire le temps passé dans les transports.

De plus, selon une récente étude, la productivité des salariés pratiquant le télétravail serait supérieure de 22% (1), notamment grâce à l’amélioration des conditions de travail (réduction des bruits liés à l’open space, etc.).

En revanche, en pratiquant le télétravail, le salarié ne profite pas de la vie sociale liée à l’entreprise. Le travail du salarié peut également empiéter sur sa vie privée, du fait de la flexibilité de ses horaires.
 

Quelles sont les obligations légales de l’employeur ?

L’employeur ne peut obliger un salarié à pratiquer le télétravail, ni le licencier en cas de refus. Le télétravail doit être un acte volontaire, conformément à la loi Warsmann II adoptée en 2012.

Les conditions du télétravail doivent être précisées dans un avenant au contrat de travail, négocié et signé par le salarié.

Par ailleurs, les obligations légales de l’employeur vis-à-vis du salarié pratiquant le télétravail sont les mêmes que pour les autres salariés (droit à la formation, accès aux informations syndicales, etc.). Comme pour les autres salariés également, l’employeur doit fournir au salarié pratiquant le télétravail l’équipement nécessaire (logiciels, ordinateur, abonnements, etc.).

Enfin, le salarié doit avoir la possibilité de retourner sur son lieu de travail s’il le souhaite.
 

(1) Chiffres d’après l’étude de Greenworking

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.