Skip to main content
Crédit immobilier : emprunter sur 35 ans, une bonne idée ?

Crédit immobilier : emprunter sur 35 ans, une bonne idée ?

Depuis fin 2017, alors que les prix immobiliers flambent, les banques n'ont plus d'autre choix que d'allonger la durée des prêts immobiliers. Aujourd’hui, leur durée moyenne se situe autour de 20 ans, mais certaines banques proposent désormais des crédits allant jusqu'à 35 ans. Faut-il vraiment profiter de cette nouvelle offre ?

À qui profite le plus ce crédit ?

Alors que le prix de l'immobilier a doublé depuis 6 ans, l’allongement du crédit permet à des foyers plus modestes d’accéder à la propriété.
Les personnes disposant de trop faibles revenus pour emprunter à plus courte échéance, les primo-accédants et les jeunes emprunteurs sont ainsi privilégiés.

Quels avantages offre-t-il ?

Pour l’instant, une seule banque, le Crédit Foncier et Communal d’Alsace et de Lorraine, une filiale du Crédit mutuel, propose une offre de crédit immobilier sur 35 ans à taux fixe. Emprunter sur une durée hors norme n’est pas une nouveauté. En 2007, des courtiers proposaient déjà des durées allant jusqu’à 50 ans. Cependant, à l’époque, ces crédits étaient à taux révisable et la durée d’emprunt limitée à l’âge maximum de l’emprunteur, fixé à 75 ans à la fin de l’emprunt. La nouveauté vient donc du taux fixe, qui rend ce crédit beaucoup plus sûr qu'il y a dix ans.
Ce nouveau type de prêt est possible grâce aux taux d'intérêt très bas depuis le début d'année : 1,47 % en moyenne au mois de janvier. Un taux qui permet d'emprunter sur une durée plus longue, même pour les petits budgets. Ainsi, il y a quelques années, moins de deux prêts sur dix s'échelonnaient sur plus de 25 ans. Aujourd'hui, ce chiffre a tout simplement doublé.

Quels sont les risques ?

  • Un taux d'intérêt plus élevé. Une banque ou une société de crédit demande un taux plus élevé si le prêt est long, car elle considère qu’elle prend plus de risques.
  • Un coût du crédit plus élevé. Pour un même taux, les intérêts seront plus élevés car payés sur plus longtemps. Au total le logement acheté revient donc plus cher.
  • L’âge de fin de l’emprunt. Chaque établissement financier pratique une politique d’âge différente, mais en général, l’emprunteur ne devra pas être âgé de plus de 65 ans à la fin de l’emprunt. 
  • Un risque plus aléatoire : plus la durée de remboursement est longue, plus le risque que le ménage soit en incapacité de payer ses mensualités est élevé. Sur une durée élevée, un changement inattendu de la situation personnelle et professionnelle peut remettre en cause la solvabilité des emprunteurs.

D’un point de vue purement financier, il est évidemment conseillé de limiter la durée d’endettement afin de minimiser le coût de son crédit (intérêts et assurance). Allonger la durée du prêt immobilier doit uniquement répondre à des besoins précis : limitation des mensualités ou opportunité immobilière sinon inaccessible.

Les prêts longs pourraient-ils se généraliser ?

Les banques souhaitent faire revenir les primo-accédants, pénalisés par la hausse des prix des logements et le recalibrage des dispositifs d'aide publique tels que le Prêt à taux zéro et les APL Accession, sur le marché immobilier. Pour les banques, généraliser l’allongement des durées d’emprunt pourrait alors être une solution.

Nos solutions

Partager

Informations non-contractuelles données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. Generali ne saurait être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature lié aux informations fournies.