Skip to main content

Vacances d’été : et si vous optiez pour le camping-car ?

Particulièrement bien adapté au contexte sanitaire, le camping-car pourrait être le grand gagnant des vacances. Et si c’était pour vous, justement, le moment d’essayer ? Nos recommandations.

Bien que certaines frontières aient été rouvertes, les Français sont invités à sillonner l’Hexagone pendant leurs congés. Dans ces conditions, le camping-car, déjà plébiscité – avec un marché en croissance de 17 % de 2017 à 2019 –, pourrait être l‘opportunité de l’été. Il offre en effet beaucoup de liberté : éviter la foule, choisir un itinéraire à votre guise, faire quelques économies. Vous  pouvez disposer de plus de place pour un animal de compagnie, pour vos bagages et autres équipements sportifs.

Louer ou acheter votre camping-car ?

S’il s’agit d’une première, optez plutôt pour une location : elle vous permettra de vérifier si ce mode de déplacement vous convient. À 2 conditions : il faut avoir plus de 21 ans et posséder un permis B depuis plus d’1 an (pour un véhicule dont le poids est inférieur à 3,5 T). Comptez, alors, 1 000 à 1 500 euros pour une location à la semaine pour 4 personnes, avec un kilométrage illimité. Les sites se répartissent entre professionnels et particuliers : Avis Car-Away, CampingCar OnLine (réseau international), Hertz Trois-soleils, Yescapa, wikicampers.fr, etc.

Pour ceux qui vont acquérir un modèle, il est recommandé d’acheter près de chez soi. Si un problème mécanique nécessite de changer une pièce, mieux vaut se trouver à proximité de sa concession d’origine.

Comment préparer votre voyage ?

Une fois votre camping-car choisi, soyez attentif aux recommandations du propriétaire du véhicule, de la société de location ou du vendeur. Avant de prendre le volant et pour éviter toute mauvaise surprise, au milieu de la nuit par exemple, assurez-vous de savoir faire fonctionner certains équipements.

N’hésitez pas à prendre des notes, concernant les 4 points suivants :

  • la vidange ;
  • le plein d’eau – n’oubliez pas les équipements additionnels : tuyaux, raccords, etc. – ;
  • le panneau de commande ;
  • le gaz (ainsi que le chauffage-chauffe-eau et le réfrigérateur).

Préparez ensuite votre « road trip » : planifiez les étapes de votre parcours, en tenant compte des aires de stationnement, pour organiser les vidanges. Il est plus sage d’éviter les trop longues distances entre chaque arrêt.

Où pouvez-vous stationner ?

Le choix pour s’arrêter semble large : camping classique,  aire de camping-car, accueil dans une ferme ou chez un vigneron (réseau France Passion), location d’une place chez un particulier...

Le camping sauvage, autorisé, l’est sous certaines conditions. La législation interdit par exemple de camper dans un parc, un bois ou une forêt, désignés comme des réserves naturelles, ou à moins de 500 mètres d’un monument historique classé ou inscrit.

Attention. Ces critères peuvent changer d’un pays à l’autre : pensez-y avant le départ.

Quelques conseils pour devenir un pro

Certaines règles de bonne conduite peuvent vous aider à vous rapprocher encore un peu plus du parfait camping-cariste. Demandez l’autorisation avant de stationner, protégez les lieux de camping et dégagez la vue, par exemple en bord de mer.

Enfin, notez les dimensions du véhicule pour ne pas être pris au dépourvu par la signalisation sur la route. Maintenant, vous pouvez profiter du voyage !

Partager

Informations non-contractuelles données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. Generali ne saurait être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature lié aux informations fournies.