Skip to main content
Comment adapter son logement pour y vivre longtemps ?

Comment adapter son logement pour y vivre longtemps ?

Vous avancez en âge et vous souhaitez vivre chez vous le plus longtemps possible ? Des solutions existent pour améliorer votre logement, le rendre plus sûr et plus adapté. Mieux vaut anticiper et aménager votre logement avant d’être dépendant.

Pensez à l’avenir

Commencez dès maintenant à dresser la liste des aménagements à prévoir. Vous pouvez ainsi vous fixer un planning raisonnable en fonction de votre état de santé et de votre budget. Avant de débuter des travaux, demandez-vous si votre logement correspondra à vos besoins dans dix ans : est-il proche des transports, des commerces, de votre médecin ? Etes-vous en sécurité au quotidien ?

À noter, les chutes représentent la première cause de décès accidentel chez les plus de 65 ans. Elles surviennent le plus souvent à leur domicile : un logement inadapté est donc un facteur de risque important.

Quels aménagements devez-vous prévoir pour votre logement ?

Selon le dernier rapport « Adaptation des logements pour l'autonomie des personnes âgée » de l’Agence nationale de l’habitat (Anah), seuls 6 % des logements étaient adaptés au plus de 65 ans.

Vous n’avez pas forcément de grands travaux à faire pour réaménager votre logement. Quelques aménagements simples et astucieux peuvent suffire :

  • Adapter votre éclairage : ajoutez des lampes, privilégiez des interrupteurs de couleur bien visibles qui contrastent le revêtement de vos murs, choisissez un système d’éclairage automatique, optez pour des volets roulants.
  • Changer la fonction des pièces : un bureau au rez-de-chaussée peut se transformer en chambre.  
  • Supprimer les tapis et installer des revêtements de sol antidérapants
  • Utiliser une table roulante dans la cuisine pour déplacer vos plats et ustensiles entre le plan de travail et la table. Pensez aux ustensiles électriques pour éviter les blessures (ouvre-boîte ou ouvre-bocal électrique)
  • Dégager les accès aux portes et fenêtres en éliminant les meubles gênants, les plantes au sols, etc.
  • Fixer au mur les câbles et fils électriques (télévision, lampes) ou utiliser des range-fils (boîtiers de rangement des câbles).

En anticipant vous pourrez programmer les aménagements les uns après les autres : toutes les pièces ne nécessitent pas des travaux d’ampleur et ne présentent pas la même dangerosité. Sachez que la salle de bain, la chambre, la cuisine et les escaliers sont des chantiers prioritaires :

  • Remplacer la baignoire par une douche de plain-pied
  • Installer un siège de douche
  • Mettre en place des rampes d’appui aux endroits stratégiques (salle de bain, chambre, toilettes, couloir, escalier...).

 

 

Senior adapter son logement

Qui peut vous aider ?

Si vous ne savez pas quel type de travaux entreprendre dans votre logement, n’hésitez pas à consulter un architecte d’intérieur ou un ergothérapeute. Ce dernier pourra vous conseiller sur les équipements à installer ou sur les travaux à entreprendre selon vos besoins afin de garantir votre autonomie au quotidien.

Les régimes de retraite complémentaire des salariés du secteur privé Agirc-Arrco ont mis en place un diagnostic "Bien Chez Moi" avec un ergothérapeute. Pour en bénéficier, vous devez percevoir une retraite complémentaire de ces régimes et être âgé de plus de 75 ans.  Seule une participation de 15 € vous sera demandée à la fin de la visite de l’ergothérapeute.

Quelles précautions à prendre pour organiser vos travaux ?

Si vous prévoyez de lourds travaux d’aménagements, pour éviter de multiplier les interlocuteurs, faites appel à un architecte ou un maître d’œuvre qui assurera la coordination.

  • Demandez plusieurs devis avant de retenir une entreprise ;
  • Choisissez une entreprise possédant un label ou une qualification telle que Qualibat ;
  • Demandez-leur une copie de leur assurance professionnelle (responsabilité civile et garantie décennale) ;
  • Précisez dans le contrat la date de livraison des travaux avec potentiellement une clause de pénalités de retard.
  • Ne payez jamais la totalité des travaux à la commande. Il est recommandé de payer 30 % au moment de la signature du contrat, 40 % durant la phase de chantier et 30 % à la fin des travaux.

De quelles aides pouvez-vous bénéficier ?

Si vous êtes propriétaire, vous pouvez bénéficier d’aides financières auprès de plusieurs organismes.

L’Anah (Agence nationale de l’habitat)
L’Anah accorde des aides pour les propriétaires ayant des revenus modestes, pour réaliser des travaux d’adaptation comme le remplacement de la baignoire par une douche ou un monte-escalier. Il faut toutefois respecter certaines conditions :

  1. votre logement doit avoir plus de 15 ans à la date d’acceptation de votre demande d’aide ;
  2. votre revenu fiscal de référence doit être inférieur à un certain montant fixé par l’Anah selon votre région d’habitation et votre type de ménage. L’Anah distingue :
  • les ménages très modestes avec une aide équivalente à 50 % du montant des travaux jusqu’à 10 000 € maximum ;
  • les ménages modestes avec une aide à hauteur de 35 % du montant des travaux jusqu’à 7 000 € maximum ;

Vous pouvez également faire appel à un prestataire agréé par l’État qui vous aidera à monter votre dossier d’aide et vous accompagnera tout au long de votre projet de travaux (choix des entreprises, analyse des devis, intermédiaire entre vous et les différents organismes). Pour trouver ce prestataire, vous pouvez appeler le 0820 15 15 15, faire une recherche sur le site de l’Anah ou contactez un conseiller Faire.

Pour être pris en compte par les services de l’Anah, votre dossier doit comporter plusieurs documents :

  • la demande d’aide remplie ;
  • une preuve de la propriété du logement ;
  • un avis d’imposition sur le revenu ;
  • un justificatif de handicap si vous êtes éligible à la PCH (prestation de compensation du handicap), à l’AAH (Allocation adulte handicapé) ou une carte d’invalidité ;
  • un justificatif de perte d’autonomie pour les personnes de plus de 60 ans. Ce justificatif est évalué par un professionnel du secteur médical (médecin, infirmière) ou médico-social (évaluateur des caisses de retraites, équipe médico-sociale APA (allocation personnalisée d’autonomie) des conseils départementaux…).
  • un document justifiant l’adéquation de votre projet à vos besoins réels ;
  • des plans et croquis indispensables à la compréhension du projet ;
  • des devis estimatifs des travaux provenant d’une ou plusieurs entreprises.

La Caisse d'assurance retraite (Cnav, Carsat) 

La caisse de retraite peut vous accorder une aide financière pour réaliser des travaux d'aménagement dans votre logement. Vous pouvez en bénéficier si vous êtes retraité du régime général.  Pour vous renseigner, appelez le 3960.  

Les régimes de retraite complémentaire

Certaines caisses de retraite complémentaires accordent des aides comme :

  • des conseils pour l’aménagement de votre logement ;
  • le financement de travaux d’isolation thermique ;
  • le financement d’aides techniques telles que des barres d’appui ou des marches antidérapantes ;
  • des accords de prêts.
  • Renseignez-vous auprès de votre caisse de retraite.

Les collectivités territoriales

Certaines régions, départements ou communes accordent des aides ou des prêts. Vous pouvez vous renseigner auprès :

  • d’un conseiller FAIRE ;
  • d’une agence départementale pour l’information sur le logement (Adil).
  • des services de votre département.

Certains travaux d’aménagement peuvent être pris en charge dans le cadre de :

  • l’APA (allocation personnalisée d’autonomie) versée par le conseil départemental ;
  • la PCH (prestation de compensation du handicap).

La Caisse d’allocations familiales (Caf)
La Caf peut également vous accorder, sous conditions, un prêt à l’amélioration de l’habitat (PAH). Il peut couvrir jusqu'à 80 % des dépenses prévues, dans la limite de 1 067,14 € à un taux de 1 %.

Crédits d’impôts
Vous pouvez bénéficier d'un crédit d'impôt égal à 25 % des dépenses liées à l'installation ou au remplacement d'équipement pour les personnes âgées ou handicapées. Elles sont plafonnées à 5 000 € pour une personne seule et 10 000 € pour un couple.

Si vous êtes locataire :

  • Auprès de l’Anah : avec l’accord de votre propriétaire, vous pouvez déposer une demande d’aide en son nom pour adapter votre logement. C’est vous qui financez alors les travaux.
  • Auprès des collectivités territoriales : pour réaliser des travaux d’aménagement, vous devez envoyer une demande écrite par lettre recommandée avec avis de réception à votre propriétaire. L’absence de réponse du bailleur dans un délai de quatre mois à compter de la date de réception de votre courrier, vaut acceptation des travaux. À votre départ du logement, le propriétaire ne pourra vous demander la remise en état des lieux.

Sources :
Portail national d’information pour l’autonomie des personnes âgées et l’accompagnement de leurs proches
Anah
Ameli.fr
Inpes

Nos solutions

Partager

Informations non-contractuelles données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. Generali ne saurait être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature lié aux informations fournies.