Les jeunes et l’entreprise : un constat juste, mais sans concession

 
21/08/2015
Les jeunes et l'entreprise

Étudiants, chômeurs, salariés, apprentis, contrats de professionnalisation : 819 jeunes âgés de 15 à 29 ans se sont prêtés au jeu des questions-réponses à propos des relations intergénérationnelles en entreprise.

Une génération aux préoccupations nouvelles…

70 % des jeunes interrogés se projettent comme des seniors différents de leurs parents, plus actifs, plus dynamiques et souhaitant continuer, après 50 ans, à vivre pleinement.

Conscients des difficultés économiques actuelles, 86 % constatent cependant que leur génération est davantage marquée par le chômage que les précédentes et 80 % s’attendent à devoir envisager une reconversion ou un changement de métier en cours de carrière.

Probablement pour cette raison, la fidélité à l’entreprise (74 %) et l’attachement à la valeur du travail (57 %) leur paraissent des notions plus importantes pour les seniors que pour eux. 50 % des jeunes interrogés ne se déclarent absolument pas prêts à faire des sacrifices pour leur entreprise.

… Consciente de ses atouts et de ses faiblesses

Les jeunes soulignent avec justesse les atouts de leur génération et les avantages qu’une entreprise peut en retirer :

  • maîtrise du numérique et intérêt pour les nouvelles technologies (pour 80 % d’entre eux) ;
  • ouverture sur le monde et d’autres cultures (61 %) ;
  • niveau d’étude élevé (48 %) ;
  • forte culture de réseau (48 %).

Lucides quant à leurs faiblesses, ils citent en premier leur manque d’expérience (75 %) et l’écart entre leurs prétentions salariales et la perception que les dirigeants ont de leurs compétences (49 %). Ils sont aussi 50 % à s’estimer moins dociles, plus rebelles que leurs aînés, et dotés d’un sens du devoir moins prononcé.

Des échanges intergénérationnels positifs

90 % des jeunes déclarent entretenir de bonnes relations avec les seniors employés par leur entreprise et perçoivent favorablement le contrat de génération mis en place par le Gouvernement.

78 % considèrent d’ailleurs que la présence de salariés plus âgés est importante, en raison :

  • de leur expérience ;
  • de la densité de leur réseau ;
  • de leur savoir-faire ;
  • des conseils qu’ils sont susceptibles d’apporter aux moins expérimentés.

Image dépassée, hiérarchie trop lourde, manque de dynamisme et d’innovation… Le fonctionnement de l’entreprise lui-même est en revanche loin de remporter tous les suffrages. Un jeune sur deux seulement le juge adapté à la nouvelle génération, et ce chiffre atteint même 57 % parmi les apprentis. 63 % des moins de 30 ans le trouvent daté et près des deux tiers déplorent le peu de confiance et de responsabilités accordées par les dirigeants à leurs salariés. À bon entendeur…

 

Consulter les résultats de l'étude (pdf, 2,2 Mo)

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.