Toutes les études démontrent que téléphoner au volant accroît le risque d'accidents. Même avec les kits "main libre". Plus de 3/4 des conducteurs qui téléphonent oublient de s'arrêter à un passage piéton et presque 1/3 oublient les panneaux de signalisation. Des chiffres éloquents qui doivent nous inciter à revoir notre utilisation du portable au volant.

La sonnerie, un vrai danger

En cas de sonnerie, le réflexe le plus répandu est de décrocher dans l'urgence. Il s'en suit une déconcentration qui souvent se traduit par un coup de volant.

 

Le kit "main libre" : une fausse solution

Le kit "main libre" permet de parler tout en gardant les deux mains sur le volant. Mais il reste dangereux, car l'attention est tout de même détournée par la conversation. Et cela de façon plus importante que lorsque le conducteur discute avec un passager, qui peut, lui, interrompre la discussion lors d'un passage délicat (ralentissement, intersection...).

En avril 2007, le Conseil National de Sécurité Routière relevait ainsi les résultats d'une étude australienne pointant un risque d’accident multiplié par environ 4 lorsque l’on téléphone au volant, même en utilisant un kit mains-libres.

Une réglementation sévère

L’article R412-6-1 du code de la route indique que « l'usage d'un téléphone tenu en main par le conducteur d'un véhicule en circulation est interdit ».

Depuis le 5 janvier 2012, la sanction encourue est une amende forfaitaire de 135 €  et le retrait de 3 points de permis de conduire.
 

Nos recommandations

Le téléphone portable est un outil de travail incontournable aujourd'hui. Il est utile en cas de panne ou d'accident pour appeler les secours ou le dépanneur. Cependant, il est nécessaire d’adopter une conduite responsable par rapport à l’utilisation du téléphone :

  • Soit vous laissez votre répondeur prendre les messages
  • Soit vous vous arrêtez pour téléphoner en lieu sûr (parking, aire de repos…) si vous le pouvez sans compromettre votre sécurité.

Dossier mis à jour le 12/03/2013

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.