Skip to main content
Épargne salariale : avez-vous pensé à l'abondement ?

Épargne salariale : avez-vous pensé à l'abondement ?

Comment votre petite structure peut-elle récompenser financièrement ses salariés ? Hors dispositifs exceptionnels, le versement de primes reste très onéreux pour l’employeur. L’épargne salariale sous forme d’abondement peut être une bonne alternative. Depuis la suppression du forfait social, il est très avantageux fiscalement, plus facile à mettre en place que l’intéressement et adapté aux TPE qui n'ont pas une grosse capacité financière.

Des alternatives aux primes plus avantageuses pour les TPE

Fin 2018, Emmanuel Macron demandait « à tous les employeurs qui le peuvent » de verser une prime de fin d’année à leurs salariés. En échange, il s’engageait à l’exonérer, dans une période définie, de toute charge sociale et fiscale
Si cette prime exceptionnelle a été particulièrement avantageuse pour l’employeur pendant un temps, le coût des charges patronales sur le versement d’une prime ponctuelle représente d’habitude 42 % (en moyenne) de celle-ci. Une charge financière bien plus lourde que celle liée à un dispositif d’épargne salariale comme l’intéressement ou l’abondement, qui consistent en la mise en place d’un plan d’épargne entreprise (PEE) et/ou d’un plan d’épargne retraite collectif (PERCO).

Depuis le 1er janvier 2019, de tels dispositifs sont encore plus avantageux : alors que l’employeur devait auparavant s’acquitter d’une contribution de 8 à 20 % auprès de l’URSSAF dès qu’il y avait recours, le forfait social est aujourd’hui tout bonnement supprimé. Résultat, plus aucun coût fiscal pour l’entreprise, et une raison supplémentaire de lier vos salariés à la réussite de l’entreprise.

Qu’est-ce que l’intéressement ?

Le système de l’intéressement consiste à verser aux salariés une prime liée à la performance de l'entreprise. Ce dispositif facultatif d’épargne salariale permet de redistribuer collectivement la valeur créée. Elle s’adresse donc aux structures ayant une capacité financière suffisante pour « intéresser » leurs salariés. Sa mise en place est en outre un peu complexe, notamment pour déterminer la bonne formule de calcul, compte tenu du caractère à la fois collectif, variable et aléatoire de l’intéressement. D’ailleurs, à ce jour, moins de 3 % des TPE ont fait ce choix.

L’abondement, un dispositif idéal pour votre TPE

Pour les structures aux bénéfices moins importants, l'abondement est une alternative sérieuse : son principe est celui d'une épargne coconstruite avec le collaborateur. Par exemple, si un salarié procède à un versement volontaire de 100 euros sur un PEE, l'entreprise peut abonder à hauteur de 200 euros. Résultat : l’entreprise gratifie ses collaborateurs tout en les encourageant à se constituer une épargne personnelle, sans pour autant devoir s’acquitter de charges patronales complémentaires. À noter qu’en tant que chef d’entreprise, vous pouvez vous aussi bénéficier du dispositif, même si vous n’êtes pas salarié. Autre avantage : les abondements sont déductibles des bénéfices imposables de l’entreprise. À noter que l’abondement est une aide obligatoirement collective, qui ne peut donc pas être réservée à certains salariés. Une modulation des règles d’abondement est toutefois possible, en fonction de l’ancienneté par exemple. Notez bien qu’un système d’intéressement peut tout à fait être couplé avec une politique d’abondement, hors versement volontaire du salarié, donc.

Sources

challenges.fr
usinenouvelle.com

Nos solutions

Partager

Informations non-contractuelles données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. Generali ne saurait être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature lié aux informations fournies.