Skip to main content
vétérinaire

Comment anticiper les frais vétérinaires de votre chien ou de votre chat ?

Alimentation, équipement, solution de garde... avoir un chien ou un chat peut coûter cher. Pour prendre soin de votre animal, impossible de faire l’impasse sur les frais vétérinaires. Ils peuvent représenter des sommes importantes. Voici comment les anticiper.

Un budget à prévoir

Les soins réguliers et prévisibles

En accueillant un animal, plusieurs dépenses sont indispensables : l’identification (puce ou tatouage), les premiers vaccins. À cela s’ajoutent les soins réguliers comme la visite annuelle chez le vétérinaire, la mise à jour des vaccins, les traitements antiparasitaires et les vermifuges. Le coût de la vaccination est en moyenne de 70 € par an. Comptez entre 20 et 40 € par an pour la vermifugation.

En cas d’accident ou d’imprévu ?  

S’il tombe malade ou est victime d’un accident, la prise en charge vétérinaire de votre animal peut entraîner une facture élevée. Le prix des analyses et examens atteint facilement plusieurs dizaines d’euros et certaines opérations coûtent plusieurs centaines d’euros.

Demander des devis pour les soins

Premier réflexe à adopter pour alléger la facture : la comparaison des tarifs. Les honoraires des vétérinaires sont libres et les tarifs des actes de base doivent être affichés dans leur clinique. Renseignez-vous lors du choix de votre praticien pour trouver un professionnel dont les compétences et les prix correspondent à vos attentes. Avant toute intervention, n’hésitez pas à demander un devis. Sachez que les médicaments vendus par votre vétérinaire sont parfois moins chers en pharmacie.

Bon à savoir : si vous êtes en difficulté financière, certaines associations comme la SPA ou la Fondation Assistance aux Animaux peuvent vous donner accès à leurs dispensaires pour soigner vos animaux. Des justificatifs de ressources vous seront demandés.

Miser sur la prévention

Pour limiter les dépenses chez le vétérinaire une autre solution est de privilégier la prévention. Faites-en sorte que votre chat ou votre chien soit vu par son vétérinaire une fois par an afin de vérifier son état général, ait d’une alimentation adaptée, exerce une activité physique régulière et soit protégé contre les puces, tiques et autres parasites. Cela permet de le maintenir en bonne santé et donc de limiter les consultations.

Souscrire une assurance dédiée

Pour faire face sereinement aux dépenses, la souscription d’une assurance pour votre animal peut être une solution intéressante. Ce type de contrat permet la prise en charge d’une partie ou de la totalité de vos frais vétérinaires. Différentes formules existent offrant des garanties plus ou moins étendues. Les garanties de base couvrent généralement les interventions chirurgicales nécessaires suite à un accident. D’autres formules plus complètes remboursent les frais de soins et interventions suite à maladie (honoraires du vétérinaire, analyses, radios, traitements, hospitalisation, etc.) et peuvent aussi prévoir un forfait pour les frais de prévention (pour les dépenses prévisibles).

Vérifier les limites et exclusions 

Comparez les offres. Intéressez-vous notamment aux plafonds annuels de garantie, aux éventuelles franchises, vérifiez si la franchise est appliquée par acte ou par année, regardez quelle est la durée du délai de carence et si la prise en charge prévoit une visite de contrôle annuelle. Les tarifs varient selon l’âge et la race de votre animal. Pour choisir le niveau de garantie qui vous convient le mieux, n’hésitez pas à échanger avec votre vétérinaire : certaines races d'animaux sont plus fragiles que d’autres.

Prêtez également attention aux exclusions. Généralement les maladies congénitales, comme la dysplasie de la hanche chez le labrador par exemple, ne sont pas couvertes par ces assurances, de même que les maladies qui se seraient déclarées chez votre compagnon avant la souscription.

*La chirurgie à visée esthétique (coupe des oreilles, coupe de la queue…) qui est maintenant largement interdite fait aussi souvent partie des exclusions.

Nos solutions

Partager

Informations non-contractuelles données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. Generali ne saurait être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature lié aux informations fournies.