Skip to main content
Croisière fluviale : comment bien naviguer ?

Croisière fluviale : comment bien naviguer ?

Pour profiter du charme de la croisière en eaux douces en toute sérénité, il est important de maîtriser les règles de bonne conduite. 

Découvrir les paysages au fil de l’eau, profiter des joies de la navigation même lorsqu’on n’a pas le pied marin, improviser une halte baignade ou une partie de pêche… La croisière fluviale a de nombreux atouts. Bonne nouvelle : vous pouvez sans trop de formalités vous improviser capitaine d’un bateau. Sur bien des cours d’eau, le permis bateau n’est pas obligatoire. Il n’en faut pas moins respecter certaines règles et quelques précautions afin de garantir votre sécurité, d’entretenir une cohabitation sereine avec les autres usagers et de protéger la nature. 

Une navigation autorisée sous certaines conditions

Les bateaux mis à disposition par les loueurs n’excèdent généralement pas les 15 mètres. Ce type d’embarcation ne nécessite pas l’obtention d’un permis pour naviguer sur les cours d’eau intérieurs. Il vous faudra tout de même obtenir une attestation vous autorisant à conduire le bateau. Elle vous sera délivrée par le loueur après une rapide formation. 

Préparation à la navigation  

Que vous embarquiez pour une demi-journée ou plusieurs semaines, pensez à vous renseigner au préalable sur les conditions de navigation. Les travaux sur le domaine navigable français sont normalement prévus à l’avance mais des aléas peuvent temporairement fermer certains tronçons à la navigation. 

Pour préparer votre trajet : 

•    consultez la carte éditée par Voies navigables de France et utilisez son application de calcul d’itinéraire. Sollicitez si besoin des renseignements auprès de ses services locaux ou au 0 800 863 000 ;
•    prévoyez si nécessaire des escales pour vous ravitailler en eau, nourriture et carburants ;
•    en montant à bord, assurez-vous de disposer des équipements de sécurité comme les gilets de sauvetage et un extincteur. 

Attention, sachez que la navigation n’est autorisée qu’en journée : si vous partez plusieurs jours, il faudra dans tous les cas vous amarrer pour la nuit.

Pendant la navigation

Les règles de navigation sont relativement simples à intégrer, mais comme sur la route, la vigilance est de rigueur lorsque vous êtes à la barre. 

Adaptez votre vitesse


La vitesse autorisée varie entre 6 à 8 km/h sur les canaux, et 10 à 15 km/h sur les rivières mais elle peut être réduite dans certains secteurs. Il faut donc se conformer aux limites indiquées par les panneaux. Pour faciliter votre conduite, vous pouvez vous familiariser à l’avance avec les différents panneaux de signalisation que vous êtes susceptibles de rencontrer.

Voguez à tribord

Respectez le chenal de navigation et tâchez de vous positionnez de manière à être visible des autres. Certains gros bateaux ont de considérables angles morts. Sachez que la navigation se fait par principe à tribord (à droite), règle que vous devez respecter pour faciliter le croisement avec d’autres embarcations. Néanmoins, certaines d’entre elles peuvent opter pour une navigation sur la gauche et souhaiter être croisées de tribord à tribord. Elles affichent alors un panneau bleu avec des lumières clignotantes blanches. De manière générale, les embarcations commerciales (péniches, bateaux à passagers) sont prioritaires sur celles dédiées au loisir. 

Restez vigilant lors du passage des écluses

Sans poser de grosses difficultés, le passage des écluses doit être effectué avec précaution. Selon l’endroit où vous naviguez, vous pouvez en rencontrer différentes sortes : manuelle ou automatisée, avec ou non un éclusier présent. 

•    Ralentissez en approchant de l’écluse. 
•    Si les portes sont fermées n’attendez pas devant, rangez-vous à l’emplacement prévu. Une vingtaine de minutes d’attente peuvent être nécessaires. 
•    Débarquez le co-équipier qui vous aidera pour les manœuvres avant d’entrer dans l’écluse. Assurez-vous que vos amarres sont disponibles et à leur place.
•    Une fois les portes ouvertes, rentrez dans l’écluse à vitesse réduite et amarrez-vous en respectant la distance indiquée avec les portes afin d’éviter les remous. Ne faites pas de nœuds : en fonction du sens de votre navigation, le niveau de l’eau va monter ou descendre dans l’écluse et vous allez devoir ajuster la longueur des amarres. 
•    Avec son autorisation, vous pouvez éventuellement aider l’éclusier à effectuer ses manœuvres. C’est une bonne manière de se familiariser avec le fonctionnement de ce type d’ouvrage.
•    Lorsque les portes s’ouvrent, sortez toujours au ralenti, en respectant l’ordre d’arrivée des bateaux qui ont éclusé avec vous. 

En escale

Pour vous arrêter, vous pouvez choisir de faire une halte dans les ports aménagés à cet effet. Certains sont gratuits. D’autres, qui fournissent souvent de l’électricité et un point de ravitaillement en carburant, peuvent exiger le paiement d’une taxe de séjour.
Il est aussi possible de vous arrêter là où vous le souhaitez le long du cours d’eau à condition que cela ne soit pas interdit par un panneau ou parce que votre arrêt pourrait gêner la navigation et constituer un danger. Par exemple, vous ne pouvez pas vous arrêter dans un passage étroit, un virage serré ou sous un pont.

Pour vous amarrer, n’utilisez pas les arbres : cela peut les blesser et favoriser l’apparition de champignons. Des piquets d’amarrage doivent être disponibles sur votre bateau, attachez-vous en utilisant une longueur de corde permettant d’absorber les variations du niveau d’eau.

Préservez le charme du cours d’eau

Afin que la croisière fluviale demeure un plaisir pour tous et ne conduise pas à des dégradations environnementales, veillez à respecter la nature qui vous entoure.

•    Ne jetez pas vos déchets à l’eau. 
•    Utilisez votre moteur à bon escient : lorsque vous êtes à l’arrêt, inutile de le laisser tourner. Cela pollue l’air et l’environnement sonore de tous les usagers et les habitants de la rivière. 
•    Ajustez votre vitesse. Les limitations répondent non seulement à un objectif de sécurité mais visent aussi à éviter les vagues susceptibles de détériorer les berges. Parfois, c’est à vous de vous adapter, par exemple en réduisant la voilure lorsque vous passez à proximité de pêcheurs. Une manière d’entretenir la cordialité et d’éviter les altercations qui gâcheraient l’ambiance de votre croisière. 
 

Nos solutions

Partager

Informations non-contractuelles données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. Generali ne saurait être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature lié aux informations fournies.