Skip to main content
Epargner pour préparer sa retraite

Epargner pour préparer sa retraite

Comme bon nombre de Français, vous souhaitez épargner pour compléter votre pension de retraite. Comment préparer au mieux cette échéance ? Tour d’horizon des principaux placements.

Pour tous

Le contrat d’assurance-vie

Investissement de long terme, l’assurance-vie est l’outil idéal pour préparer votre retraite car il permet de se constituer un capital dans un cadre fiscalement avantageux.

A la sortie, vous pouvez, au choix :

  • récupérer votre capital,
  • percevoir une rente à vie pour compléter vos revenus. Cette dernière sera à la fois imposable et soumise aux prélèvements sociaux, mais pour partie seulement, en fonction de votre âge. Par exemple, à hauteur de 40% si la rente commence à vous être versée entre vos 60 ans et vos 69 ans, 30% si elle commence à vous être versée après 70 ans ;
  • effectuer des retraits d’argent au fil de vos besoins afin de compléter vos revenus. Pour éviter que ces retraits soient soumis à imposition, vous devez simplement veiller à ce que le montant des intérêts capitalisés ne dépasse pas 4 600 € à l’année si vous êtes seul ou 9 200 € si vous êtes marié ou partenaire d’un PACS.

Votre épargne reste néanmoins accessible durant toute la vie de votre contrat.

Le plan d’épargne retraite populaire (PERP)

Ce contrat permet de se constituer une rente viagère après une phase d’épargne. Les versements peuvent être libres ou périodiques selon les contrats  Vous pouvez investir sur un support en euros et/ou sur des supports en unités de compte.

Le rendement des supports en unités de compte est potentiellement plus élevé. Cependant, ces supports ne sont pas garantis et comportent un risque de perte en capital, car leur valeur peut fluctuer à la hausse comme à la baisse, en fonction notamment des marchés financiers. L’assureur s’engage sur le nombre d’unités de compte mais ne garantit pas leur valeur.

Le régime fiscal du PERP est relativement favorable. En effet, les sommes sont déductibles dans le cadre d’une enveloppe globale annuelle qui prend également en compte certaines cotisations de retraites déduites par ailleurs des revenus professionnels (telles que les cotisations ou primes versées au titre des contrats Madelin par exemple). Pour chaque membre du foyer fiscal, la limite globale de déduction est égale au plus élevé des deux montants suivants :

  • 10% des revenus professionnels de l'année précédente, retenus dans la limite de 8 fois le plafond annuel de la sécurité sociale de l'année en cause (soit une déduction maximale de 31 382 € pour les versements de 2018) ;
  • ou 10% du plafond annuel de la sécurité sociale de l'année précédente (soit 3 923 € pour les versements effectués en 2018).

Bon à savoir : Les contribuables qui ont effectué des versements sur leur Perp en 2018 auraient dû normalement bénéficier de la déduction fiscale lors de l'imposition de leurs revenus de l'année 2018, qui intervient en 2019. Toutefois, avec l'entrée en vigueur du prélèvement à la source en janvier 2019, cette déduction ne sera en pratique pas possible dès lors que les revenus courants de l'année 2018 ne sont pas imposables en raison du crédit d’impôt de modernisation du recouvrement (« CIMR »). Pour rappel, le CIMR est un crédit d’impôt qui vous est alloué et qui correspond au montant de l’impôt dû sur vos revenus non exceptionnels de 2018.  Il permet ainsi d’éviter de payer en 2019 à la fois l’impôt sur vos revenus de 2018 et le prélèvement à la source sur vos revenus de 2019.

Par ailleurs, la déductibilité des cotisations versées sur un PERP en 2019 est conditionnée par le montant des cotisations effectuées en 2018. En effet, le montant des cotisations PERP déductibles du revenu imposable de l'année 2019 sera égal à la moyenne des cotisations versées en 2018 et 2019 :

  • lorsque d'une part, le montant versé en 2019 est supérieur à celui versé en 2018
  • et que, d'autre part, ce dernier est inférieur à celui versé en 2017.

Ainsi, si vous avez effectué des versements sur un PERP en 2017, le fait de ne pas avoir effectué de versement en 2018 (ou d’avoir fait un versement inférieur à celui de 2017) entraînera la perte ou la réduction du droit de déduction pour les cotisations effectuées en 2019.

Le versement des cotisations sur un PERP reste néanmoins un moyen d’épargner en vue de préparer votre retraite, tout en optimisant votre fiscalité.

A noter : contrairement à l’assurance-vie, la réglementation des PERP n’autorise pas les rachats pendant la vie du contrat, l’argent ne peut donc pas être récupéré, sauf situations exceptionnelles (décès du conjoint, invalidité, expiration des droits aux allocations chômage…).

Pour les travailleurs non salariés

Vous êtes artisan, commerçant ou en profession libérale ? Le contrat retraite Madelin est adapté à votre statut.

Le contrat Retraite Madelin

Son fonctionnement est similaire à celui du PERP : l’épargne accumulée pendant des années est transformée au moment de la retraite en rente viagère imposable.

Ce dispositif s’adresse aux indépendants (artisans, commerçants) et aux professions libérales. Tout comme le PERP, son régime fiscal est favorable :

  • pendant la phase d’épargne, les cotisations que vous versez sur votre contrat au titre de l’assurance vieillesse sont déductibles de votre revenu imposable dans la limite de 10% du plafond annuel de la sécurité sociale (40 524 euros x 10% pour 2019) ou 10% du bénéfice imposable pris dans la limite de 8 fois ce plafond, auquel s'ajoute 15% supplémentaires sur la fraction de ce bénéfice comprise entre 1 fois et 8 fois le plafond annuel de la Sécurité Sociale qui s’élève à 40 524€.
  • une fois à la retraite, les rentes que vous percevez sont imposées selon les règles applicables aux pensions et retraites.

Dans le cas où vous rachetez votre contrat suite à une situation exceptionnelle (décès du conjoint, invalidité, expiration des droits aux allocations chômage, liquidation judiciaire, surendettement), cette prestation sera exonérée d’impôt sur le revenu..

Moins souple que le PERP, le montant des versements sur un contrat « Retraite Madelin » ne peut pas être révisé, et ce même si vous connaissez des difficultés financières.

Pour les salariés

Le PERCO

Le plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO) est un contrat d’épargne salariale qui permet de se constituer un capital et de le faire fructifier dans des conditions sociales et fiscales avantageuses. Une fois à la retraite, vous pourrez récupérer votre capital ou le transformer en rente viagère.

Les sommes placées et les éventuels abondements versés par votre entreprise sur le PERCO sont bloqués jusqu’à votre départ en retraite sauf cas de déblocage exceptionnel, identiques à ceux prévus pour le PERP.

 
 

 

Nos solutions

Partager

Informations non-contractuelles données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. Generali ne saurait être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature lié aux informations fournies.