Le contrôle médical d'aptitude à la conduite est obligatoire pour les personnes atteintes de certaines affections médicales. Il est également obligatoire lorsque vous devez repasser votre permis suite à une annulation. Les modalités de ce contrôle ont été redéfinies depuis le 1er septembre par un arrêté. Le point.

Dans quels cas la visite médicale est-elle obligatoire ?

Le contrôle médical est nécessaire lors du passage du permis à la suite d’un retrait ou d’une annulation. Par exemple, si un conducteur a perdu tous ses points, il doit se soumettre au contrôle médical en plus de repasser les épreuves du code et éventuellement de la conduite.
 

Cette visite est également nécessaire si le conducteur est atteint d’une affection médicale de nature à gêner la conduite. Cela concerne également les personnes handicapées disposant d’un véhicule aménagé.
 

Un contrôle pour la sécurité de tous

Jusqu’alors, seul l’état physique général du conducteur était pris en compte. Désormais, le but de ce contrôle est d’évaluer les aptitudes physiques, cognitives et sensorielles du conducteur, pour s’assurer qu’elles sont bien adaptées à la conduite d’un véhicule en toute sécurité. On vérifie par exemple la vue et l’audition.

Dans certains cas, suite à un retrait de permis, la visite médicale comprend également un examen psychotechnique.
 

Le recours aux médecins de ville

Traditionnellement, seules les commissions médicales en préfecture étaient compétentes pour effectuer ce contrôle médical.

Depuis le 1er septembre, les médecins de ville agréés peuvent également réaliser cet examen et délivrer une attestation. Cette mesure a été prise afin de réduire le temps d’attente avant d’obtenir un rendez-vous.

Le coût de la visite médicale est de 33 €, non pris en charge par l’assurance maladie.
 

 

Dossier mis en ligne le 19/12/2012

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.

Nos solutions