Skip to main content
Dépendance : comment anticiper la perte d’autonomie

Dépendance : comment anticiper la perte d’autonomie

Aujourd’hui, la survenue d’une situation de dépendance est souvent mal vécue et insuffisamment préparée. Des solutions existent pourtant pour prévenir et pallier la perte d’autonomie.

Vous souhaitez rester chez vous en cas de perte d’autonomie ? 

Des aménagements sont possibles.

Aménagez votre logement

En cas de perte d’autonomie, il faut penser à revoir toute l’organisation de votre habitation et notamment :

  • prévoir les déplacements dans le logement en achetant un matériel de déambulation, en installant des barres de maintien ou en aménageant les pièces pour un déplacement en fauteuil roulant (si besoin) ;
  • aménager la salle de bain et les toilettes pour faciliter les gestes quotidiens et minimiser les risques de chutes ;
  • acheter un dispositif de téléalarme pour prévenir en cas de malaise ou de chute ;
  • faire appel à un service d’aide à domicile. Une aide à domicile est un soutien pour les tâches quotidiennes : ménage, préparation des repas, toilette, courses, aide au coucher et au lever… Si elle vous permet un maintien à domicile, elle prévient l’isolement en entretenant la communication.

Si vous habitez une maison, vous pouvez par exemple améliorer l’agencement du rez-de-chaussée afin de faciliter vos déplacements futurs. N’hésitez pas à faire appel à un ergothérapeute pour réfléchir aux adaptations possibles. 

L’ergothérapeute observe les habitudes de la personne, analyse les risques de chute puis fait un bilan ergonomique. Les solutions peuvent se traduire par des conseils de l’aménagement de votre intérieur et/ou de l’acquisition d’aides techniques, comme par exemple :

  • de meilleurs éclairages pouvant vous soulager et vous aider à mieux vous guider ;
  • l’installation de barres permet de s’appuyer et de rendre vos déplacements moins difficiles.

L’ergothérapeute reste l’intermédiaire idéal pour aider avec efficacité les personnes âgées dans leur aménagement intérieur.

Faites-vous accompagner par un aidant familial

L’aidant familial ou l’aidant naturel peut être votre conjoint, un de vos enfants ou toute autre personne qui peut vous assister en cas de perte d’autonomie ou de dépendance. Il est présent pour vous aider, régulièrement et à titre non-professionnel, à accomplir les actes de la vie quotidienne (article R245-7 du Code de l’action sociale et des familles).

Toutefois, l’aidant peut accéder au statut de salarié si vous souhaitez le rémunérer. Ainsi, deux possibilités s’offrent à vous :

  • Si vous êtes bénéficiaire de l’APA : vous pouvez rémunérer l’aidant familial (à condition qu’il ne soit pas votre conjoint, votre partenaire de Pacs ou votre concubin). Votre aidant est alors déclaré par vous au moyen du Cesu déclaratif. 
  • Si vous ne bénéficiez pas de l’APA : vous pouvez employer l’aidant familial, quel qu’il soit, en tant qu’aide à domicile, dans le cadre des services à la personne.

Faites appel à des associations 

Diverses associations proposent d’aider les personnes dans l’amélioration ou l’adaptation du domicile.

// Le PACT-ARIM proposent des conseils techniques et aide dans les démarches par la mise en place d’un plan de financement en fonction de la situation :

  • évaluation au domicile de la personne par un ergothérapeute ;
  • rédaction de préconisations ;
  • envoi de techniciens qui vérifient si les changements sont réalisables ;
  • préparation de croquis ;
  • demande de devis ;
  • demande d’aides financières pour l’aménagement du domicile.

// Aides financière par l’Anah

Les personnes propriétaires de leur logement et qui y résident (propriétaires occupants) ou qui le louent (propriétaires bailleurs) peuvent bénéficier d’aides financières pour les travaux d’aménagement du logement à la perte d’autonomie.

La subvention est de 35 ou 50 % du montant des travaux, selon les ressources (respectivement modestes ou très modestes). Le plafond des dépenses liées aux travaux est de 20 000 euros HT.

// La CNAV (assurance retraite) propose le Plan d’Actions Personnalisées (PAP) sous conditions (être titulaires d’une retraite du régime général à titre principal, être âgés d’au moins 55 ans et avoir besoin d’aide).
La demande d’aide financière se fait auprès du Conseil Régional : 

  • installation de la téléassistance ;
  • aides techniques et humaines ;
  • aide financière pour l’aménagement du domicile ;
  • Kit de prévention chutes (rehausseurs de WC, des barres d’appui, etc. Forfait de 100 à 300 euros, en fonction du kit (équipements et la pose).

Avant tous travaux d’aménagement, il convient de réaliser un plan d’évaluation des conditions de vie et des besoins de la personne âgée (conseils et préconisations par un évaluateur). Ce plan est soumis à la caisse régionale qui décide de l’aide financière pouvant être accordée pour l’aménagement du domicile en fonction des ressources du demandeur.  

L’ensemble des prestations prises en charge dans le cadre du PAP est plafonné à 3 000 €/an. 

// D’autres organismes proposent des aides financières, matérielles et conseils :

  • l’Agence nationale ou départementale pour l’information sur le logement (ANIL ou ADIL) ;
  • la Fédération nationale d’habitat et développement (H&D) ;
  • l’organisme Soliha ;
  • la MSA (Mutuelle Sociale Agricole) ;
  • le RSI (régime Social des Indépendants).

Profitez de réductions d’impôts 

Les travaux d’adaptation du logement donnent droit à un crédit d’impôt de 25 % de l’investissement (équipement + pose). Le plafond de ce crédit est de 5 000 euros (10 000 euros pour un couple) sur cinq ans. il concernent les travaux  :

  • de sanitaires : éviers, lavabos à hauteur réglable, baignoire à porte…
  • d’ équipements de sécurité et d’accessibilité : revêtement de sol antidérapant, système de commande à distance des installations électriques…

Optez pour une assurance dépendance

Pour vous prémunir financièrement, vous pouvez également souscrire un contrat d'assurance dépendance.

  • En contrepartie du versement de cotisations régulières, ces contrats offrent le versement d'un capital et/ou d'une rente en cas de situation de dépendance totale ou partielle. 
  • L’âge requis est généralement compris entre 50 ans minimum et 75 ans maximum.
  • Plus vous souscrivez tôt, moins les tarifs sont élevés. 

Pensez à la téléassistance pour sécuriser et faciliter votre quotidien

Pour être secouru à toute heure où que vous soyez, en cas de chute, de malaise…Europ Assistance vous propose un service de téléassistance qui vous permet d’entrer en contact immédiatement avec des téléassistants qualifiés qui organiseront  aussitôt  l’intervention des services d’urgence.

Nos solutions

Partager

Informations non-contractuelles données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. Generali ne saurait être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature lié aux informations fournies.