Vous souhaitez investir dans l’immobilier et louer votre bien pour vous assurer une source des revenus ? Opter pour l’immobilier locatif, et plus précisément le logement étudiant, apparaît judicieux à plus d’un titre. Explications.

Investir dans un logement étudiant…

… est une excellente idée ! Selon vos objectifs :
  • Vous voulez constituer un patrimoine en investissant dans l’immobilier ? Un bon moyen de se lancer : choisir une petite surface.
  • Vous souhaitez vous assurer un complément de ressources sans toucher à votre capital ? Une possibilité intéressante : placer cette somme et percevoir un loyer.
  • Vous désirez investir et disposer d’un logement pour vos enfants ? Une solution avantageuse : acheter un studio dans la ville où ils étudient

 

Bien choisir un logement étudiant

Quel type de logement choisir pour un investissement rentable ? La règle d’or : il faut que celui-ci plaise aux étudiants, afin d’assurer un taux d’occupation optimal.

Louer vide ou meublé ?

Les logements étudiants sont souvent meublés, car peu d’étudiants possèdent leurs propres meubles. La plupart ne restent d’ailleurs que quelques années dans la même ville. Autant de bonnes raisons de préférer un logement meublé ! Mais attention, le bail du logement meublé diffère du bail du logement vide classique.

La fiscalité avantageuse des résidences avec services

En optant pour un logement dans une résidence étudiante avec services, vous pourrez choisir entre 2 statuts fiscaux : le Censi Bouvard  ou le statut LMNP  (loueur en meublé non professionnel).

Les assurances du propriétaire

Louer un bien comporte toujours une part de risque : impayés, vacance du logement, dégradation du bien ou de son mobilier… Des assurances existent pour vous prémunir contre ces risques.

Dossier mis à jour le 18/08/2014

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.