Opération de la myopie : mode d’emploi

Opération de la myopie : mode d’emploi

Vous êtes myope et rêvez de ne plus porter de lunettes ni lentilles ? Dans certaines conditions, vous pouvez opter pour l’opération de la myopie au laser. Le point sur les différentes techniques d’intervention et sur les remboursements que vous pouvez obtenir.

La chirurgie de la myopie

La myopie est un trouble de la vision qui a pour effet de moins bien voir de loin que de près. Aujourd’hui, près de 40 % des Français souffrent de myopie (1).
Deux types d’opérations peuvent être utilisées pour corriger votre myopie, dans la mesure où vous répondez à certains critères (myopie stabilisée, cornée suffisamment épaisse, etc.) :

  • Tout d’abord, l’intervention au laser, qui permet de remodeler la cornée afin de rétablir une vision nette. L’opération est quasiment indolore et ne dure que 5 à 6 minutes. Il faut ensuite faire attention durant 3 à 4 semaines à ne pas se frotter les yeux, ne pas se maquiller, ne pas s’exposer au soleil, etc.
  • Si votre myopie est très forte, vous pouvez également avoir recours à la pose d’un implant. Il s’agit d’une lentille intra-oculaire, prévue pour être efficace à vie, mais dont la pose est réversible. Les indications sont à peu près les mêmes que pour l’intervention au laser.

Attention : Ces 2 interventions se généralisent et ont atteint un très bon niveau de sécurité et d’efficacité. Néanmoins, comme pour toute intervention chirurgicale, le risque zéro n’existe pas.

Les remboursements

Pour une intervention au laser, il faut compter entre 700 et 1 500 € (2) par œil. La pose d’implants, quant à elle, coûte environ 1 800 € par œil.
Quel que soit le type d’intervention choisi, l’opération de la myopie n’est pas remboursée par l’Assurance Maladie. Pour obtenir une compensation, vous devez vous tourner vers votre mutuelle.

(1) Source : Syndicat national des ophtalmologistes de France
(2) Prix indicatifs
Dossier mis à jour le 18/07/2012

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.