Avec l’arrivée des beaux jours, les allergies saisonnières font leur retour. Nez qui coule, gorge qui gratte et yeux rouges : voici les symptômes qui annoncent le fameux rhume des foins. 30 % de la population adulte et 20 % des enfants souffrent d’une allergie au pollen, soit deux fois plus qu’il y a 20 ans. Quelles en sont les causes ? Comment se soigner ? Le point sur un mal saisonnier qui peut vite virer au cauchemar.

 

Quelles causes ?

L’allergie saisonnière est une réaction à certains pollens allergisants. Des allergènes se trouvent en effet dans le grain de pollen de certaines plantes. Ceux-ci peuvent être libérés lorsqu’ils entrent en contact avec l’eau ou les muqueuses.

Parmi les pollens allergisants, on trouve les graminées, les herbacées, les bouleaux, les frênes et les cyprès. Puisqu’il dépend des pollens, le rhume des foins est fortement associé aux saisons et à la météo. Mais ce phénomène est également accentué par la pollution de l’air et d’autres facteurs irritants et allergènes comme le tabac, les acariens, les moisissures ou encore les animaux de compagnie

Pour connaître les risques allergiques de votre département, vous pouvez consulter le site du Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA ) qui donne des informations en temps réel en fonction des différents pollens allergisants.

Quels symptômes ?

Si vous êtes allergique, votre système immunitaire réagit à l’exposition de certains pollens en libérant de l’histamine. Il s’agit d’une hormone qui provoque une inflammation des muqueuses. Vous êtes :

  • victime de crises d’éternuement à répétition ;
  • votre nez est bouché ou il coule ;
  • vos yeux vous démangent ou larmoient ;
  • votre respiration est sifflante et vous subissez des quintes de toux ainsi qu’une fatigue inhabituelle…

Pas de doute, vous souffrez d’une allergie aux pollens.

L’allergie respiratoire se manifeste soit en rhinite allergique soit en asthme allergique. Mais les deux sont liés, puisque 80 % des asthmatiques ont une rhinite allergique et 20 % des personnes qui ont une rhinite allergique sont également asthmatiques.

La rhinite allergique est plus communément appelée « rhume des foins ». Il s’agit d’une inflammation des voies aériennes supérieures qui provoque différentes manifestations plus ou moins importantes. Les crises de conjonctivite (yeux rouges, paupières collées, démangeaisons…) peuvent s’intensifier avec le temps et la congestion des voies respiratoires peut s’aggraver et devenir de plus en plus fréquente. La rhinite allergique peut d’ailleurs mener à l’asthme allergique avec le temps.

L’asthme allergique est pour sa part une maladie inflammatoire des bronches. Ses manifestations sont des troubles respiratoires, une respiration sifflante, une oppression thoracique, une toux importante, de l’essoufflement…
Il s’agit d’une maladie chronique qui présente différents niveaux de gravité, mortels dans certains cas.

 

Que faire ?

Dans un premier temps, consultez votre médecin généraliste pour dépister une éventuelle allergie saisonnière et bénéficier d’une prise en charge adaptée. Il vous indiquera également les bons gestes de prévention à adopter.

S’il le juge utile, il vous adressera à un médecin allergologue afin de dépister une éventuelle allergie. Ce dernier pourra réellement diagnostiquer une allergie après avoir réalisé un questionnaire médical poussé et pratiqué des tests cutanés ou sanguins. Il pourra détecter un éventuel asthme allergique après vous avoir fait passer des épreuves fonctionnelles respiratoires pour mesurer votre souffle et le degré d’obstruction de vos bronches.

Une fois votre sensibilisation aux pollens actée, vous pouvez suivre quelques conseils simples de prévention pour vous aider au quotidien.

Tout d’abord, prenez votre traitement avant l’arrivée des beaux jours et pensez à consulter la carte des pollens et de la qualité de l’air afin d’adapter vos activités. En effet, il est préférable d’éviter de sortir en milieu de journée, par grand soleil et petit vent ou après un orage. Si vous sortez, portez des lunettes de soleil et une casquette. Fermez les fenêtres en voiture et installez des filtres sur le système de ventilation de votre véhicule. Et en rentrant, nettoyez votre nez avec du sérum physiologique, lavez-vous les cheveux et changez de vêtements.

Chez vous, faites un grand nettoyage au début du printemps (poussière, moisissures…), aérez au minimum 10 minutes par jour, nettoyez votre literie une fois par semaine et fermez bien vos fenêtres pendant la pollinisation. Pensez également à tondre votre jardin avant la floraison des graminées et étendez votre linge à l’intérieur de votre habitation. Enfin, évitez les animaux domestiques à l’intérieur, surtout dans votre chambre, ainsi que le tabac, les produits d’entretien irritants, les encens et les bougies.

 

Qu’est-ce que la désensibilisation ?

La désensibilisation est le seul véritable traitement de fond des allergies saisonnières. Elle permet également d’éviter l’apparition de l’asthme allergique. Il s’agit d’exposer petit à petit votre organisme à l’allergène détecté comme étant responsable de votre allergie. Votre système immunitaire va ainsi s’habituer à lui et finir par le tolérer. Le traitement est composé de gouttes ou de comprimés à placer tous les jours sous la langue. Leur dose est augmentée progressivement durant 4 mois. Il est conseillé de démarrer le traitement 3-4 mois avant le pic de pollen et de le suivre pendant 3 à 5 ans, suivant les cas.

Les pollens sont considérés comme « pollution de l’air » par la législation française. Des actions de surveillance et d’information sont donc menées régulièrement par le ministère de la Santé pour vous informer sur les périodes sensibles et les moyens de réduire les risques d’exposition.

 

Sources :
- solidarites-sante.gouv.fr/ ;
- anses.fr/ ;
- doctissimo.fr/ ;
- santemagazine.fr/ ;
- asthme-allergies.org ;
- e-sante.fr/ ;
- pollens.fr/.

Les informations contenues dans ce dossier sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’assureur.