Skip to main content
Panneaux photovoltaïques : leur installation est-elle rentable ?

Panneaux photovoltaïques : leur installation est-elle rentable ?

Les panneaux photovoltaïques intéressent de plus en plus de particuliers pour des raisons écologiques et économiques. Mais, pour calculer leur rentabilité, de multiples facteurs doivent être pris en compte : type d’installation, conditions d’ensoleillement, options de gestion de l’électricité, coûts, etc. Différents scénarios sont donc à envisager.

Pouvez-vous installer des panneaux photovoltaïques chez vous ? 

Que vous habitiez à la campagne ou en ville, il est possible de capter et de transformer l’énergie solaire. Les modules photovoltaïques peuvent être installés sur un toit, un auvent, une façade ou dans un jardin. Le toit est souvent le plus indiqué car son inclinaison est mieux adaptée pour capter les rayons du soleil. 

L’exposition et le niveau d’ensoleillement dont vous disposez sont des critères à prendre en compte. Dans les zones moins ensoleillées, la surface de votre installation devra être plus importante. 
Avant de vous lancer, il est également important d’évaluer votre consommation électrique et de réfléchir à la gestion de l’énergie que vous allez produire. 

Par ailleurs, il existe 2 manières d’implanter les modules photovoltaïques :
- non intégrés, ils sont fixés par-dessus une toiture inclinée ; 
- intégrés, ils sont utilisés comme matériaux de construction et font partie intégrante de l’enveloppe de la maison (éléments de toiture ou de verrière, etc.).

Combien coûte l’installation de panneaux photovoltaïques ?

Le coût peut varier selon le choix de l’équipement et la complexité de l’installation. 

  • Coût d’installation

Il faut compter le coût du matériel et l’installation de la centrale solaire : panneaux solaires et onduleurs permettant de convertir le courant continu produit par les panneaux en courant alternatif compatible avec le réseau électrique.

Lorsqu’il est intégré à votre bâtiment, l’installation d’un panneau solaire photovoltaïque coûte entre 3 000 € et 4 000 € TTC / le kilowatt-crête (kWc). Pour une installation de 3 KWc, il faut compter entre 9 000 € et 12 000 €.
Si vous décidez d’installer votre équipement au sol ou sans intégration sur votre logement, le coût sera alors moins élevé. 

Dans les deux cas, il est conseillé de demander des devis à plusieurs installateurs avant de se lancer. 

A noter : le kilowatt-crête est l’unité de mesure utilisée pour évaluer la puissance atteinte par un panneau solaire lorsqu’il est exposé à un rayonnement solaire maximal.

  • Coût de raccordement

- Si vous vendez toute votre production, les frais liés à la pose d’un compteur dédié à la production représentent généralement entre 500 et 1500 €. 
- Si vous vendez seulement votre surplus de production, le raccordement est dans la plupart des cas simplifié et seuls des frais de mise en service (50 €) vous seront imputés. 

Attention, des coûts additionnels de raccordement peuvent vous être facturés, par exemple 
si votre installation se situe à plus de 250 mètres d’un poste de distribution publique. 

  • Coût de fonctionnement

La durée de vie d’un panneau solaire est en moyenne de 25 ans. Pour qu’il reste en bon état, certains coûts de maintenance et d’entretien sont à prévoir.
Chaque année, le gestionnaire de réseau vous facture le tarif d’utilisation des réseaux publics d’électricité (TURPE) destiné à couvrir les coûts d’exploitation, de développement et d’entretien des réseaux. Il atteignait en 2018 plus de 40 € pour une vente totale de la production et 11 € TTC pour une vente de surplus. 
Tous les 10 ans, prévoyez de remplacer l’onduleur, qui coûte entre 1 000 € et 2 000 €. 

Quelles sont les aides auxquelles vous avez droit ?

Les panneaux photovoltaïques ne sont plus éligibles au crédit d’impôt depuis janvier 2014. Cependant, d’autres aides existent. Vous pouvez obtenir la réduction de la TVA à 10 % (contre 20 % habituellement) sous certaines conditions cumulatives :
- l’installation des panneaux photovoltaïques est réalisée par un professionnels RGE qualifié Quali’PV ;
- la construction de votre logement doit être achevée depuis plus de deux ans ;
- votre installation photovoltaïque a une puissance nominale inférieure ou égale à 3 kWc

Selon votre commune, des aides locales supplémentaires peuvent vous être proposées. Renseignez-vous auprès de votre mairie. 

Consommer ou vendre votre électricité ?

En installant des panneaux photovoltaïques, plusieurs solutions s’offrent à vous. 

  • L’autoconsommation, c’est-à-dire que vous consommez l’électricité que vous produisez. Cependant, si vos besoins excèdent votre production, par exemple la nuit ou l’hiver, il vaut mieux être également relié au réseau d’électricité et souscrire un contrat avec un fournisseur d’électricité. 
  • La revente d’une partie de votre production d’électricité : s’il est possible de stocker l’électricité dans des batteries, cette solution est extrêmement onéreuse. Aussi, si vous êtes raccordé au réseau d’électricité, lorsque vous produisez plus d’énergie que nécessaire, vous pouvez la redistribuer et la vendre à EDF ou à une régie locale de distribution d’électricité. 
  • La revente de la totalité de l’énergie électrique produite au réseau tout en continuant à payer l’électricité que vous consommez.

Quel est le tarif de vente de l’électricité ? 

L’arrêté du 9 mai 2017 fixe les modalités tarifaires pour l’achat d’électricité photovoltaïque sur le réseau. Elles impliquent que votre installation respecte des critères d’implantation. Si vous les respectez, l’acheteur désigné par l’État (Électricité de France - EDF AOA ou une régie locale de distribution d’électricité) deviendra votre partenaire. Ce dernier a l’obligation d’acheter votre électricité à un tarif fixé par l’État exprimé en centimes d’euro par kilowatt-heure (kWh). 

Lorsque votre demande de raccordement est enregistrée auprès d’Enedis, votre tarif d’achat initial est fixé ainsi que le montant de la prime. Il n’est effectif qu’après la mise en service de l’installation et la signature du contrat d’achat. Il sera par la suite indexé annuellement, durant les 20 ans du contrat d’achat.

Comment est fixé le tarif ? 

Les grilles tarifaires sont publiées par la CRE (Commission de régulation de l’énergie) tous les trimestres. Vous pouvez notamment les retrouver sur le site PhotoVoltaique.info. Selon l’Ademe, en règle générale, ces tarifs vous permettent de rentabiliser votre investissement sur une période de 10 à 20 ans en fonction de votre mode de rémunération (vente totale de la production ou autoconsommation avec vente du surplus) et de l’ensoleillement de votre région.  

Devez-vous déclarer vos revenus liés à la revente d’électricité ?

Si la puissance de votre installation photovoltaïque est inférieure ou égale à 3 kW, vous pouvez profiter d’une exonération d’imposition sur le revenu généré, même si vous vendez l’électricité. Attention, si sa puissance excède 3 kW, la vente de l’électricité produite est imposable au titre de l’impôt sur le revenu. Vous devez déclarer le montant total vendu. 

Qui peut vous aider à mesurer la rentabilité de votre projet ? 

Vous pouvez contacter un conseiller FAIRE, le nouveau service public qui vous guide dans vos travaux de rénovation énergétique. Il vous apportera des informations pour monter votre projet et vous aurez également accès à une évaluation indépendante de sa rentabilité potentielle. 

À noter, le site PhotoVoltaique.info a développé un devis en ligne pour vous aider à vous faire une idée de l’investissement que nécessiterait une installation photovoltaïque.

Et côté assurance habitation ?   

Renseignez-vous auprès de votre assureur afin d’assurer vos installations photovoltaïques. En effet, selon les compagnies d’assurances et le montage de vos installations, elles pourront être couvertes au même titre que votre bien immobilier ou bien vous devrez souscrire une garantie spécifique. Le coût sera variable en fonction du montant de vos installations (capital déclaré au contrat).
Si vos panneaux solaires ne sont pas assurés, vous ne serez pas indemnisé en cas de sinistre. Il est donc vivement recommandé d’informer votre assureur de l’installation de panneaux photovoltaïques afin qu’ils soient couverts s’ils sont endommagés, détruits ou volées

Bon à savoir : Dans certains contrats d’assurance habitation, les pertes financières liées à la non-revente de l’excédent d’électricité peuvent également être garanties. Cela peut arriver si vous êtes dans l’impossibilité d’utiliser vos panneaux solaires en raison d’un sinistre garanti (panneaux endommagés, détruits ou volés). 

Source:  

  • Ministère de la transition écologique et solidaire
  • Engie
  • Ademe 
  • Photovoltaïque.info

Nos solutions

Partager

Informations non-contractuelles données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. Generali ne saurait être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature lié aux informations fournies.