Renégocier son crédit immobilier : c’est le moment !

 
26/10/2016
renégocier son crédit immobilier

Les taux d'intérêt sur les emprunts immobiliers sont à un niveau historiquement bas. C'est le moment de renégocier votre crédit !

Une situation exceptionnelle…

Ces dernières années, les taux d'intérêt sur les emprunts immobiliers n'ont cessé de baisser, pour atteindre le niveau le plus « historiquement bas ». Les experts prévoient néanmoins une remontée progressive des taux en 2017. C'est donc maintenant qu'il faut renégocier votre prêt immobilier.

Restez vigilant et faites les bons choix !

Avant de renégocier votre emprunt, quelques précautions s'imposent :

1. Renégociez de préférence avec votre propre banque. Ainsi, vous n'aurez pas à régler les pénalités de remboursement anticipé qui vous seront demandées en cas de rachat de crédit, en plus d'éventuels frais de dossier dans la nouvelle banque. Ces pénalités de remboursement anticipé figurent normalement sur le contrat de votre crédit. Elles ne peuvent toutefois excéder 3% du capital restant dû avant le remboursement anticipé.

2. Si l'offre de votre banque n'est pas satisfaisante, consultez plusieurs banques ou organismes de crédit, et faites des simulations pour comparer les économies réalisées en renégociant votre prêt avec votre banque et celles obtenues avec un rachat de crédit. On considère généralement que pour que l'opération soit intéressante, vous devez :

  • obtenir un taux présentant un écart d'au moins 0,7%,
  • avoir encore au moins 80 000 euros à rembourser. Plus le capital restant sera important, plus l'opération sera intéressante,
  • être dans les premières années de remboursement, lorsque vous remboursez plus d'intérêts que de capital chaque mois. En fin de crédit, vous remboursez le capital, vous ne gagnerez donc rien à renégocier.

3. Raisonnez à long terme. Si vous avez l'intention de revendre votre logement dans 2 ou 3 ans et donc de rembourser votre crédit, l'opération sera moins intéressante si vous optez pour un rachat de crédit : vous n'aurez pas le temps d'« amortir » les frais liés à ce rachat. À moins de négocier un crédit transférable sur un nouveau bien, ou des frais de rachat très bas.

4. Comparez également les assurances emprunteur : le contrat proposé par la banque n'est peut-être pas le plus attractif. Si cette assurance est obligatoire, depuis la loi Lagarde en 2010, vous pouvez proposer un autre assureur, à la seule condition que le contrat d'assurance choisi par ailleurs présente des garanties équivalentes à celle proposée par votre banque. Cette disposition a été renforcée en 2014 par la loi Hamon qui a ouvert la possibilité à l'assuré de changer d'assurance-emprunteur jusqu'à un an après la signature de l'offre de prêt.

5. Choisissez la bonne stratégie : conserver la même durée et réduire les mensualités, ou rembourser plus vite en conservant les mêmes charges mensuelles ? Tout dépend de votre situation personnelle et financière. Rembourser moins chaque mois vous permet de constituer une épargne (assurance vie, épargne retraite, etc.) par des virements réguliers : une stratégie qui peut s'avérer intéressante à long terme.

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.