Skip to main content

Des traitements prometteurs contre la maladie d’Alzheimer

La maladie d'Alzheimer reste l'un des plus grands défis de santé publique de notre temps. Elle serait à l'origine de 60-70% des cas de démence. Où en est la recherche ? Quelles sont les dernières avancées ? Les réponses du Docteur Claire Bromley, responsable de la communication scientifique d’Alzheimer’s Research UK.

Generali_Alzheimers_Intro_France_09.12.20.png

Qu’est-ce que la maladie d’Alzheimer ?

Docteur Claire Bromley : « La maladie d’Alzheimer résulte d’une lente dégénérescence des neurones : elle débute au niveau de l’hippocampe, structure cérébrale essentielle à la mémorisation, puis s’étend au reste du cerveau. Les responsables ? Deux protéines, appelées bêta-amyloïde et tau : elles s’accumulent dans le cerveau (respectivement à l'extérieur et à l'intérieur des neurones) et l’endommagent en synergie. Le malade perd progressivement ses facultés cognitives – pertes de mémoire, de raisonnement, problème de concentration - et sa mobilité. La maladie d’Alzheimer représente environ les deux tiers des cas de démence recensés au Royaume-Uni, soit près de 500 000 personnes. En France, environ 1 million de personnes sont touchées. La maladie d’Alzheimer ne fait pas partie du processus normal de vieillissement, cependant le risque de la développer augmente avec l’âge. 

Comment traite-t-on la maladie d’Alzheimer ?

Docteur Claire Bromley : « Il n’existe actuellement aucun traitement ou remède efficaces qui permettent de ralentir, arrêter ou inverser la progression de la maladie. Néanmoins, certains médicaments peuvent aider à traiter, un temps, une partie de ses symptômes : les inhibiteurs de la cholinestérase, pour les personnes à un stade léger ou modéré de la maladie ; ou la mémantine, pour celles qui sont à un stade plus avancé. Ces médicaments augmentent les facultés des neurotransmetteurs essentiels à notre motricité, nos capacités de réflexion et de mémorisation. Leur durée d’efficacité est variable et dépend du patient. »

Generali_Alzheimers_Social_Card1_France_06.01.21.png

Pourrait-on développer des traitements plus efficaces contre la maladie d’Alzheimer ?

Docteur Claire Bromley : « Des annonces récentes laissent espérer qu’un traitement révolutionnaire contre la maladie d’Alzheimer pourrait voir le jour. L’aducanumab, par exemple, est un anticorps conçu pour cibler et réduire la toxicité de la protéine amyloïde qui s’accumule dans le cerveau des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer à un stade précoce. Suite aux résultats positifs des essais cliniques, les autorités doivent maintenant statuer sur la mise à disposition sur le marché de ce médicament : les bénéfices constatés lors de ces essais sont-ils suffisamment importants ? La réponse à cette question déterminera la population qui y aura accès, ainsi qu’à d’autres médicaments similaires à l’avenir. Au sein de l’association Alzheimer’s Research UK, nous réunissons déjà les autorités compétentes et les entreprises pharmaceutiques pour aider à accélérer la mise au point de nouveaux traitements prometteurs.

A ce jour, les stratégies de recherche sur la démence se concentre essentiellement sur le développement de traitements qui ralentissent ou arrêtent la progression de la maladie d’Alzheimer : ce qui importe vraiment, c’est l’amélioration des conditions de vie des patients. C’est pourquoi nous finançons un essai clinique pionnier au King’s College de Londres, qui étudie un traitement à base de cannabis : nous pensons qu’il est susceptible d'aider à soulager un ensemble de symptômes difficiles à maîtriser, comme l’agitation et l’agressivité.

Ce traitement sera testé dans des environnements où la santé et le bien-être des participants peuvent être étudiés au plus près. L’engagement et l’engouement des scientifiques, des organismes de financement et des participants à cet essai nous incitent à penser que ce traitement contre la maladie d’Alzheimer pour marquer un tournant décisif dans le domaine médical. »

Generali_Alzheimers_Social_Card2_France_28.01.21.png

 

Quelle est l’importance d’un diagnostic précoce ?

Docteur Claire Bromley : « De nouveaux traitements aux résultats très prometteurs sont en cours de développement : ils s’adresseront aux patients en début de maladie d’Alzheimer, cible sur laquelle ils seront plus efficaces. L’identification des signes de déclin précoces des maladies neurodégénératives (EDoN) est donc une priorité pour l’Alzheimer’s Research UK. En ce sens, nous agrégeons et synchronisons un maximum de données cliniques liées à la qualité du sommeil, de la mobilité et de la capacité d’élocution auprès des patients. Pour traiter et analyser ces datas et en faire émerger des signaux faibles de maladie d’Alzheimer, nous travaillons avec une société experte en la matière.» 

Qu’en est-il d’un « vaccin » contre la maladie d’Alzheimer ?

Docteur Claire Bromley : « Des études antérieures suggèrent que des virus et des bactéries seraient corrélés la maladie d’Alzheimer. Cependant, nous ne savons pas exactement ce qui l’en est : contribuent-ils au développement de la maladie ? Aident-ils le cerveau à y faire face ? Ou simplement, apparaissent-ils en même temps que la maladie d’Alzheimer sans affecter la santé du cerveau ? Existe-t-il seulement un lien entre les deux ? Nous avons besoin de pousser plus loin encore les recherches. A ce jour, l’Aducanumab serait le premier traitement à réduire le déclin clinique associé à la maladie d’Alzheimer : cet anticorps fait appel au système immunitaire pour aider à éliminer les plaques amyloïdes. Mais ce n’est pas un vaccin au sens où on l’imagine, par exemple comme celui contre la grippe. »

Pour en savoir plus sur les travaux de Alzheimer’s Research UK et voir comment soutenir cette association, consultez alzheimersresearchuk.org (en anglais). Pour en savoir plus sur la maladie d’Alzheimer, vous pouvez également consulter www.francealzheimer.org et www.alzheimer-recherche.org (en français).

 Comment prévenir la maladie d'Alzheimer

Nos solutions

Partager

Informations non-contractuelles données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. Generali ne saurait être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature lié aux informations fournies.