Skip to main content

Piqûre de moustique tigre : comment réagir et se protéger

Le moustique tigre a été signalé en France pour la première fois en 2004 dans les Alpes-Maritimes. Reconnaissable aux rayures noires et blanches qui lui ont donné son nom, il mesure entre 5 et 7 millimètres, et était présent dans dans 71 départements en 2023.

Pourquoi faut-il s’en méfier ?

Les autorités sanitaires s’inquiètent de sa présence dans l’Hexagone car par le moustique vecteur Aedes albopictus (plus communément appelé le moustique tigre), est vecteur de maladies infectieuses telles que la dengue, le chikungunya ou le Zika. Dès qu’il pique un individu infecté, le moustique tigre devient porteur de la maladie et peut alors la transmettre en piquant des personnes saines.
 

Carte de présence des moustiques tigres :

Début 2023, il a été établi que 71 départements étaient colonisés par le moustique vecteur Aedes albopictus (sur les 96 départements métropolitains) :  soit quatre départements de plus qu’au 1er janvier 2022, classés en vigilance rouge.


carte_aedes_2022.jpg

Ces départements dans lesquels le moustique tigre est implanté et actif sont classés au niveau 1 du plan national anti-dissémination du chikungunya, de la dengue et du Zika.

A noter que le moustique tigre, est essentiellement urbain. Il prolifère dans des gîtes artificiels (pneus, seaux, gouttières, soucoupes de fleurs...) et a une préférence pour le sang humain. Il est pratiquement impossible de s’en débarrasser une fois qu’il est installé dans un département ou une commune.


Comment réagir si vous êtes piqué ?

Il n’est pas toujours facile, après une piqûre de moustique, de déterminer si ce dernier était un moustique tigre. Aussi, vérifiez si vous êtes dans une région où il est implanté (voir la carte du ministère des Solidarités et de la Santé répertoriant sa présence). Si, après avoir été piqué, vous ressentez une grande fatigue, de la fièvre, des douleurs musculaires, articulaires ou des maux de tête, consultez un médecin sans tarder.

Comment s’en protéger ?

La panoplie de protection contre le moustique tigre est la même que pour le moustique commun : vêtements longs, répulsifs en spray ou en bombe, fumigations, moustiquaires, etc.

À titre de prévention, la première mesure à prendre est d’empêcher la reproduction du moustique tigre en privant les femelles des réservoirs d’eaux stagnantes où elles pondent leurs œufs. Couvrez notamment les réserves d’eau de pluie et videz régulièrement les réceptacles pouvant contenir de l’eau (soucoupes, brouettes, etc.).

Plus précisément l'Agence Régionale de la Santé (ARS) préconise de : 
- porter des vêtements couvrants et amples ;
- utiliser un répulsif cutané en soirée, conseillé par votre pharmacien, sur les zones de peau découvertes ;
- si nécessaire, utiliser des grillages-moustiquaires sur les ouvertures (portes et fenêtres) ;
- dormir sous des moustiquaires, qui peuvent également être imprégnées d'insecticide pour tissus. Il existe des moustiquaires à berceau pour les nouveau-nés ;
- utiliser des ventilateurs et éventuellement des climatiseurs qui gênent les moustiques ;
- utiliser les diffuseurs électriques à l'intérieur des habitations ;
- utiliser les serpentins insecticides uniquement en extérieur ;

Et pour limiter le développement des moustiques autour de son domicile, de :
- couvrir les réserves d’eau avec de la moustiquaire ou du tissu afin de les rendre hermétiques ;
- nettoyer les gouttières et caniveaux ;
- vider ou ranger tout récipient pouvant contenir de l'eau (astuce : remplir les coupelles de sable) ;
- éviter les dépôts sauvages de déchets.

Pourquoi et comment signaler la présence du moustique tigre ?

La présence du moustique tigre est un problème de santé publique important dans de nombreux pays. Il est donc important de signaler sa présence à votre autorité sanitaire locale afin qu'elle puisse prendre des mesures pour le contrôler.
Pour ce faire, vous devez avant tout vous assurez qu'il s'agit bien moustique venimeux : vous devez disposer d’une photographie du moustique ou son état doit permettre une identification (par envoi d’un échantillon à l’opérateur en charge de la démoustication dans votre région).


Une fois cette condition remplie, pour vérifier que vous êtes bien en présence d’un moustique tigre, il vous faudra répondre aux trois questions ci-dessous :
- le moustique est-il de petite taille ? Le nom de « moustique tigre » peut en effet facilement induire en erreur. De petite taille, le moustique tigre est plus petit qu’une pièce de 1 centime d’euro (soit moins de 5 millimètre) !
- quelle est sa couleur ? Là encore, son nom est trompeur puisque le moustique tigre n’est pas jaune et noir mais bien blanc et noir. Il est également caractérisé par la présence d’une ligne blanche le long de son thorax ;
- dispose-t-il d’un appareil piqueur ? Pour se nourrir, les moustiques disposent d’un appareil piqueur : un long appendice en prolongement de la tête. Si l’insecte n’a pas d’appareil piqueur, ce n’est donc pas un moustique.

Un fois ces réponses établies, il suffit de remplir un formulaire en ligne pour effectuer le signalement.
 

Faut-il également se méfier des moustiques en général?

Attention au Culex pipiens, un moustique qui peut être trouvé dans toute l'Europe. Il est connu pour être un vecteur potentiel de maladies comme la fièvre du Nil occidental, la dengue, le chikungunya et la filariose. Bien qu'il ne soit pas aussi agressif que le moustique tigre ou le moustique asiatique, il est important de se protéger contre ses piqûres. Les moustiques Culex piquent essentiellement au coucher du soleil et durant la nuit, en extérieur et dans les habitations.

Sept cas d’infection par le virus du Nil qui ont été identifiés en Gironde, selon un communiqué publié le 9 août 2023 par l’Agence Régionale de Santé (ARS). A ce jour, 4 cas sont confirmés et 3 sont en attente de confirmation. Jusqu’à présent, en France, les infections humaines à virus West-Nile n’ont été retrouvées que dans le pourtour méditerranéen (régions PACA et Occitanie). 


Le moustique Culex, aussi appelé « moustique commun », est une espèce endémique, distincte du moustique tigre Aedes albopictus. La propagation est classique : le moustique pique un oiseau porteur du virus, puis un être humain. Les oiseaux sont les réservoirs du virus.
 

Source : https://www.anses.fr/

 

A lire en complément :
 Quels sont les bons réflexes en cas de piqûres de frelons asiatiques ?
 Quels sont les bons réflexes en cas de piqûres de frelons ?
 Quels sont les bons réflexes en cas de piqûres de méduses ?

Partager

Informations non-contractuelles données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. Generali ne saurait être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature lié aux informations fournies.