6 idées reçues sur la retraite

6 idées reçues sur la retraite

Succession des réformes sur les retraites, foisonnement d'informations dans les médias... Aujourd'hui, il devient difficile de distinguer le vrai du faux au sujet de la retraite ! Philippe Crevel, Secrétaire général du Cercle des Epargnants, décrypte pour nous 6 idées reçues.

Les réponses de Philippe Crevel

Secrétaire général du Cercle des Epargnants
 

  • « Le système par répartition est suffisant pour disposer d’une retraite convenable »

Le système de retraite par répartition a permis pendant 50 ans d’assurer un niveau de vie correct aux retraités. Cependant, aujourd’hui, ce système montre ses limites. L’évolution démographique – avec l’arrivée à la retraite des baby-boomers – et la conjoncture économique moins favorable ont marqué la fin de l’âge d’or des retraites. Les réformes menées sont donc nécessaires. Le taux de remplacement (c'est-à-dire le rapport entre la pension de retraite et le dernier salaire) risque en effet de perdre de 10 à 20 points d’ici 2030 ! Chacun doit donc prendre en charge une partie de sa retraite, en épargnant notamment de façon individuelle.
 

  • « Je n’ai que 35 ans, il est bien trop tôt pour commencer à préparer la retraite ! »

Une chose est certaine : en matière de retraite, plus on commence tôt, moins l'effort d'épargne est important. L'âge moyen de début de préparation de la retraite est aujourd'hui, en France, de 40 ans. Dans certains pays, il est considéré comme normal de préparer sa retraite dès le début de sa vie professionnelle. Il n'existe toutefois pas d'âge idéal : à chacun d'établir sa stratégie, en tenant compte de ses projets personnels comme l'achat de la résidence principale par exemple.
 

  • « Le seul moyen de préparer sa retraite, ce sont les produits dédiés : PERP & PERCO »

Le PERP (Plan d'Epargne pour la Retraite Populaire) ou le PERCO (Plan d'Epargne pour la Retraite Collectif), entièrement dédiés à la retraite, présentent des avantages certains, tout comme d’autres solutions que peut offrir votre entreprise (article 83, article 39…). Ne négligez toutefois pas les atouts de l’assurance vie pour la préparation de la retraite. Elle offre en effet une grande souplesse de gestion : vous avez le choix entre la sécurité d’un fonds en euros ou la possibilité de bénéficier de la croissance économique mondiale grâce aux unités de compte. Enfin, l’assurance vie offre une fiscalité très avantageuse et votre épargne reste disponible.
 

  • « L’allongement de la durée de cotisation va m’obliger à partir à la retraite plus tard »

L'allongement de la durée de cotisation et le report de l'âge de la retraite vous obligent à partir plus tard... mais vous profiterez tout de même d'une durée de retraite plus longue que celle de vos grands-parents en raison de l'allongement de la durée de vie. En 40 ans, la durée de la retraite s'est ainsi accrue de 10 ans ! Vous pouvez aussi décider de partir plus tôt, à condition d'accepter une décote de votre pension, dépendant du nombre de trimestres qui vous manquent. A vous de faire de le calcul et de préparer votre retraite en amont pour partir plus tôt dans de bonnes conditions.
 

  • « Pour le calcul de la pension de retraite, le salaire annuel moyen est fondé sur les 25 meilleurs salaires annuels perçus au cours de la carrière »

Ce n'est pas aussi simple ! La pension du régime général est plafonnée à 50 % du Plafond Annuel de la Sécurité Sociale (fixé à 35 352 € en 2011). S'y ajoute ensuite votre retraite complémentaire (ARRCO et AGIRC pour les salariés). Au total, la retraite de base plus la retraite complémentaire atteint en moyenne de 40 à 70 % de votre dernier salaire selon les cas.
 

  • « Si j’arrête de travailler pour élever mon enfant, je serai pénalisé(e) à la retraite. »

Toute interruption de carrière est pénalisante pour la retraite. Toutefois, des dispositifs ont été mis en place pour compenser, au moins partiellement, votre perte si vous vous arrêtez de travailler pour élever vos enfants. Cette compensation peut prendre la forme de trimestres accordés (4 trimestres pour la mère plus 4 trimestres au choix pour le père ou la mère) ou encore de majoration de droits. Si vous interrompez votre activité pendant 2 ans ou moins suite à la naissance de votre enfant, l'impact sur votre future retraite sera ainsi minime.

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.

Nos solutions