Dans un contexte économique particulièrement tendu, vendre son logement peut se révéler un véritable parcours du combattant. Afin de mettre toutes les chances de son côté, voici quelques astuces 100% utiles.

Agence ou petite annonce ?

Le choix entre une agence immobilière ou la mise en ligne d’une annonce dépend surtout du temps dont vous disposez pour faire les visites et donc pour vendre votre bien. En se passant d’intermédiaire, vous économisez les frais d'agence. Mais, en contrepartie, vous devrez consacrer du temps aux appels, aux visites, aux démarches administratives... Si vous êtes très occupé, cela rallongera inévitablement le délai de la vente.

En passant par une agence, toutes ces tâches sont à la charge de celle-ci. Afin de bénéficier d’un professionnel motivé, rien de tel que de lui confier un mandat exclusif : certain de toucher la commission en cas de vente, il mettra votre bien en avant dans sa vitrine et le présentera en priorité aux acquéreurs... De cette façon, il partira alors généralement plus vite.

Bien évaluer son bien… et son prix

Le plus important est de fixer le juste prix pour votre logement. Un professionnel de l’immobilier peut vous y aider, tout comme les sites d’estimation en ligne. Le vendeur est souvent tenté de proposer au départ un prix légèrement supérieur à ce qu’il veut réellement obtenir, afin de garder une marge de négociation. Dans la pratique, ce n’est pas toujours un bon calcul, car de plus en plus aujourd’hui, les acheteurs mettent en place des alertes sur Internet afin d’être prévenus des logements à vendre correspondant à leurs critères. Un prix trop important peut vous faire passer à côté de clients potentiels, qui ne recevront même pas l’alerte.

Ne pas rater la première impression

Pour que la première visite laisse à votre visiteur un souvenir marquant, essayez de dépersonnaliser votre environnement, en enlevant par exemple les photos de famille ou les tableaux au mur, afin qu’un phénomène d’identification, voire d’appropriation, puisse opérer.

Pensez également à valoriser votre logement par de menus travaux de remise à neuf (plinthes, peinture écaillé…), qui éviteront de donner des arguments de négociation à l’acheteur. Assurez-vous enfin que le logement soit propre et bien rangé. Un vendeur sera d'emblée plus séduit par un appartement qui sent le frais et qui est bien éclairé.

 

Bien s’informer pour répondre à toutes les questions

Souvent, les visiteurs posent de nombreuses questions sur le montant de la taxe foncière, les diagnostics, le coût de l'électricité... Il est primordial de pouvoir répondre à toutes ces interrogations, afin de les rassurer et de leur permettre de se décider plus vite. Si vous en avez le temps, vous pouvez préparer un dossier contenant le plan de l'appartement, vos dernières factures d'électricité, les derniers PV d'assemblée générale de la copropriété, les différents diagnostics obligatoires...

Savoir choisir son acheteur

Pour éviter de perdre du temps avec de longues et inutiles visites, il peut être intéressant de faire une présélection des acquéreurs en leur posant au téléphone quelques questions sur leur motivation, leur connaissance du quartier, le type de logement qu’ils recherchent…Ensuite, pendant la visite, il faut essayer de savoir s’ils disposent d'un document d'une banque ou d'un courtier en crédit attestant de la faisabilité financière de leur projet. Généralement, un apport personnel minimal de 10 à 20% est exigé pour obtenir un prêt. Privilégiez donc les acquéreurs avec un profil financier rassurant, surtout si vous bénéficiez d’un prêt relais, dont les délais sont souvent très limités dans le temps.

Dossier mis à jour le 24/07/2012

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.