Skip to main content

Sports d’hiver: savoir ce qui est polluant et adapter ses pratiques

Face au réchauffement climatique, les stations se sont lancées dans le tourisme durable. Pour continuer de profiter des sports d’hiver, les touristes doivent aussi adopter des pratiques plus respectueuses. Voici comment concilier écologie et plaisir

Sports d’hiver : quels impacts sur la montagne ?

 « La montagne ça vous gagne ». Depuis le slogan mis en place dans les années 90 pour relancer la fréquentation hivernale, la montagne a trouvé son public. En 2018, 8,5 millions de Français pratiquaient le ski.

Le développement du tourisme hivernal est allé de pair avec une pollution croissante des montagnes. Selon une étude de l’Association nationale des maires de stations en montagne (ANMSM) en partenariat avec l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) menée en 2009 dans dix stations françaises, les plus grosses émissions de CO2 reviennent aux transports (57 %), près des deux tiers provenant des visiteurs qui privilégient la voiture pour plus de la moitié ou l’avion à 35 % (11 % le train et le bus).

Les usages énergétiques des bâtiments arrivent en deuxième position avec 27 % des émissions de gaz à effet de serre, loin devant les activités liées au ski qui ne représentaient que 2 % des émissions de CO2, en incluant le fonctionnement des remontées mécaniques, l'entretien des pistes et la production de neige.

Depuis cette étude, la production de neige artificielle (ou neige de culture) s’est intensifiée avec des aménagements spécifiques pour pallier la diminution de l’enneigement liée au réchauffement climatique : des canons à neige sur les pistes, des lacs artificiels pour leur servir de réservoirs d’eau… Autant d’équipements qui ont un lourd impact écologique sur la montagne.

De leur côté, les stations se sont diversifiées dans les activités hors-ski : dans le sport, le bien-être (piscines chauffées, spa...) et divers commerces. Ces développements ont amplifié la consommation d’eau et d’énergie. 

Des stations de ski engagées pour un tourisme plus responsable

Conscientes des enjeux climatiques et de l’urgence de préserver la montagne, la plupart des stations se sont déjà engagées dans une démarche de tourisme durable.

Les 250 exploitants membres de Domaines Skiables de France, par exemple, se sont fixé l’objectif d’atteindre un bilan carbone neutre en 2037, grâce à l’écoconduite des remontées mécaniques et au développement de dameuses à hydrogène.

Pour valoriser et repérer plus facilement les destinations touristiques engagées à minimiser leur impact environnemental et social, l’association Mountain Riders a créé le label Flocon vert. Depuis son lancement en 2011, douze stations ont été labellisées après avoir validé l’ensemble d’un cahier des charges exigeant. Les 20 critères portent notamment sur :

  • les aménagements (réhabilitation et accessibilité des logements) ;
  • le soutien à l’économie locale (agriculture et artisanat local, sylviculture (gestion durable de la forêt) ;
  • le patrimoine culturel et naturel (protection des bâtiments historiques et des espaces naturels) ;
  • la gestion de l’eau potable et de la neige de culture ;
  • la réduction des déchets (tri sélectif, compostage) ;
  • la mobilité douce (navettes gratuites) ;
  • et la sensibilisation des visiteurs aux écogestes.

Dans le même esprit, depuis 2016, l’ANMSM récompense l’engagement des stations menant des initiatives locales de développement durable avec les Trophées des cimes durables.

Comment adapter ses pratiques pour préserver la montagne ?

Amateur de sports d’hiver ou adepte de la montagne en toute saison, vous avez aussi votre rôle à jouer en faveur d’un tourisme plus écologique.

Quelques bonnes pratiques pour y contribuer :

  • privilégier le train, les transports en commun ou le covoiturage à la voiture individuelle ;
  • choisir un hébergement écologique ;
  • trier vos déchets selon les consignes locales (l'application Guide du tri vous précise la bonne couleur du bac pour bien trier vos déchets dans toutes les villes de France);
  • louer ou acheter d’occasion plutôt qu’acheter neuf votre matériel de ski ;
  • opter pour des activités zéro impact comme les raquettes ou la luge ;
  • consommer des produits locaux et de saison ;
  • chauffer votre logement de manière raisonnable.

Bon à savoir. 350 hébergements touristiques sont certifiés Écolabel européen en France. Parmi eux, des hôtels, des centres d’hébergement, des résidences hôtelières et des campings.

 

Sources :

Partager

Informations non-contractuelles données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. Generali ne saurait être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature lié aux informations fournies.