Les obsèques ont un coût qui est loin d'être négligeable... Quelles dépenses prévoir ? Quelles prestations sont obligatoires ? Comment faire jouer la concurrence grâce au nouveau devis standardisé ? Generali fait le point pour vous...

Des frais d'obsèques de plus en plus importants

Chères obsèques... Entre 1998, date de la libéralisation du marché du secteur funéraire, et 2008, le coût des obsèques a augmenté en moyenne de 35% selon l'Afif (Association Française d'Information Funéraire), soit plus du double de l'augmentation du coût de la vie en général.

Selon la Confédération des professionnels du funéraire et de la marbrerie (CPFM), ce coût s'élève aujourd'hui à 4 000 € pour une inhumation et à 3 500 € pour une crémation.

Avec des montants variant du simple au double entre le Nord-Pas-de-Calais et l'Île-de-France ou la Côte d'Azur. Une dépense importante à prévoir donc si le défunt n'avait pas souscrit de Convention Obsèques pour soulager ses proches.

Prestations obligatoires ou facultatitves : comparez les tarifs !

Qu'il s'agisse d'une société d'économie mixte semi-publique, d'une régie municipale ou d'une société privée, les entreprises funéraires établissent librement leurs tarifs. D'où l'importance de les mettre en concurrence en réclamant un devis. En sachant toutefois que ces devis englobent le plus souvent les soins de conservation non obligatoires.

En revanche, le cercueil, avec quatre poignées et une housse intérieure, constitue une dépense incontournable, qu'il s'agisse d'inhumation ou de crémation. La législation impose également la location d'un corbillard avec chauffeur. Si la présence des porteurs n'est pas exigée, elle est recommandée, car un cercueil pèse, vide, 80 kg.

Généralement, les familles recourent en outre au conseiller funéraire pour effectuer les démarches administratives (déclaration de décès) et la coordination du convoi funéraire. Autres dépenses facultatives mais habituellement engagées : le maître de cérémonie chargé d'assister les proches du défunt, les fleurs, les faire-part et annonces dans la presse. Sans oublier, le cas échéant, l'office religieux.

Vacations, concession : attention aux frais annexes...

Il convient souvent de régler des vacations de police à la société des pompes funèbres qui les reverse au Trésor public, même si le fonctionnaire ne se déplace pas toujours. Elles sont dues en cas de transport du corps, sans ou avec mise en bière (départ, arrivée), de soins de conservation, de crémation.

L'inhumation nécessite, outre les frais de mise en terre ou de construction d'un caveau, l'achat d'une concession, soit un terrain de 2 m2 minimum, dont le prix varie fortement selon la durée et les communes.

Outre le paiement d'une taxe de crémation établie par chaque commune, le coût d'une incinération dépend pour sa part de la destination des cendres. La dispersion dans le "jardin du souvenir" ou en pleine nature est souvent gratuite. Leur dépôt dans un caveau déjà existant implique des frais d'ouverture de sépulture. En l'absence de caveau, on achètera une concession ou une case de columbarium, dont le prix dépend de la durée choisie et de la commune de destination.

Nouveau : le modèle de devis d'obsèques standardisé

Depuis le 1er janvier 2011, un modèle de devis d'obsèques standardisé doit être remis aux familles. Il vise à leur permettre de comparer les prix grâce à une présentation standardisée et à l'obligation d'utiliser une terminologie identique.

Ce modèle comprend 3 colonnes. La première concerne toutes les prestations obligatoires, la deuxième comprend tout ce qui est optionnel et la troisième colonne correspond à des prestations effectuées par des tiers (achat de concession, avis de décès dans la presse, etc.).

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.

Nos solutions