Skip to main content
Cosmétiques : quels sont les ingrédients à éviter ?

Cosmétiques : quels sont les ingrédients à éviter ?

Nous consommons des cosmétiques au quotidien : shampooings, déodorants, dentifrices, parfums, crèmes de soin, maquillage, produits pour bébés. Ils contiennent pourtant une multitude d’ingrédients aux appellations difficiles à décrypter et qui peuvent être nocifs. Tour d’horizon.

Le principe de précaution

Les connaissances scientifiques évoluent et ouvrent des débats. Agences gouvernementales, experts scientifiques, associations de consommateurs jouent le rôle de lanceurs d’alerte pour informer le grand public sur les ingrédients qu’il vaut mieux éviter au nom du principe de précaution. 

Les perturbateurs endocriniens

Les perturbateurs endocriniens sont considérés comme des substances dangereuses ayant notamment des effets négatifs sur le développement des enfants et la fertilité. Ils peuvent aussi être à l'origine de cancers. Voici ceux qui sont problématiques :

  • BHA (Butylated hydroxyanisole)
    Cet antioxydant, qui se fait aujourd'hui plus rare, est considéré comme un cancérogène possible par le Centre international de recherche contre le cancer (Circ). 
  • Parabènes
    Utilisés comme conservateurs dans les produits solaires, le maquillage ou encore les déodorants, les parabènes ne sont pas tous jugés nocifs. Mais le butylparaben, le propylparaben et leurs composés, le sodium butylparaben, le sodium propylparaben, le potassium butylparaben et le potassium propylparaben, sont considérés comme des perturbateurs endocriniens.
  • Ethylhexyl methoxycinnamate
    Ce filtre anti-UV est notamment contenu dans les produits de protection solaire, les soins visage anti-âge mais aussi les baumes à lèvres, gels douche et déodorants. Régulièrement mis en cause par des études menées sur des animaux, il est soupçonné de perturber les œstrogènes (hormone féminine) et la fonction thyroïdienne. 
  • Triclosan
    Ses propriétés antibactériennes font de lui un conservateur inclus dans les dentifrices, les déodorants, les bains de bouche ou les soins du corps. En  juin 2017, 200 scientifiques et professionnels de la santé se sont associés pour signer le « Florence Statement », publié dans Environmental Health Perpectives. Ils réclament que l’utilisation de ce perturbateur endocrinien soit suspendue. 
  • BHT (Butylhydroxytoluène)
    Cet antioxydant pourrait avoir une action sur la thyroïde et provoquer des modifications hormonales et des tumeurs. L’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSM) a donc saisi les autorités européennes pour que ses effets soient à nouveau étudiés. 

Les allergènes

Ces substances, présentes dans de nombreux cosmétiques et notamment les parfums sont susceptibles de déclencher des réactions allergiques chez certains consommateurs, jusqu’à l’eczéma ou l’urticaire. 
  • Butylphenyl methylpropional
    Cet ingrédient de parfum a fait l'objet de plusieurs avis du Comité scientifique européen pour la sécurité des consommateurs (CSSC). Le dernier en date, publié en décembre 2017 sur le site de la Commission européenne, estimait que son utilisation dans les produits cosmétiques n’était pas sans danger pour notre santé.
  • MIT (Methylisothiazolinone) et MCIT (methylchloroisothiazolinone) 
    Ces conservateurs, identifiés comme des allergènes et souvent utilisés pour remplacer les parabènes, sont interdits depuis 2016 à cause de leurs effets sur la peau dans les produits non rincés, c'est-à-dire les cosmétiques comme les crèmes ou les lotions qu'on applique sur la peau sans rincer ensuite. On peut néanmoins toujours les retrouver dans les shampooings ou les savons par exemple.
  • Résorcinol
    Utilisé pour la coloration des cheveux, il peut également être présent dans les lotions capillaires, les shampooings. Il est susceptible aussi de provoquer des réactions allergiques.

À éviter pour les enfants  

  • Benzophénone
    En 2011, l’ANSM émettait notamment un avis défavorable à l'utilisation du benzophénone-3 chez les enfants de moins de 10 ans. Ces filtres anti-UV, soupçonnés de provoquer des allergies, sont également reconnus pour être de potentiels perturbateurs endocriniens.
  • Phenoxyethanol
    Comme pour la plupart des substances listées ici, les avis d'experts divergent. Le phénoxyéthanol est un conservateur présent dans certaines lingettes destinées à nettoyer les fesses des bébés. En 2012, l'ANSM le jugeait toxique pour le sang et le foie et recommandait de le bannir de ces produits. Le Comité scientifique européen pour la sécurité des consommateurs (SCCS) a considéré pour sa part en 2016 qu'utilisé à une concentration de 1 % dans les produits cosmétiques, il ne serait pas dangereux pour la santé quel que soit le groupe d’âge.

Il convient de rester vigilant sur la présence de tous ces ingrédients dans les produits cosmétiques que vous achetez. Gardez  à l’esprit que les femmes enceintes, les enfants et les adolescents exposés à ces substances sont beaucoup plus sensibles et vulnérables. 

Nos solutions

Partager

Informations non-contractuelles données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. Generali ne saurait être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature lié aux informations fournies.