Lutter contre le gaspillage alimentaire

19/02/2018

Bonne nouvelle : vous êtes de plus en plus nombreux à vous mobiliser contre le gaspillage alimentaire. Depuis juin 2013, la France a mis en place le Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire. Il a été élaboré avec l’ensemble des acteurs de la chaîne alimentaire (producteurs, grande distribution, consommateurs, associations) et vient d’être renouvelé jusqu’en 2020. En parallèle, de nombreuses initiatives ont vu le jour. Tour d’horizon.

Lutter contre le gaspillage alimentaire

Un dispositif national

D’après le ministère de l’Agriculture, le gaspillage alimentaire représente en France 20 kg de déchets par an et par personne, dont 7 kg de déchets alimentaires encore emballés. Son coût est estimé à 150 € par an et par personne, ce qui représente entre 12 à 20 milliards d’euros . La lutte contre le gaspillage alimentaire est devenue une priorité pour le gouvernement qui a décidé de diviser par deux les pertes d’ici 2025 grâce au pacte national de lutte contre le gaspillage lancé en 2013.

Gâchis de nourriture, impact sur le budget des ménages mais aussi gaspillage de matières premières et d’énergie, l’État a pris les choses en main pour tenter d’enrayer l’hémorragie. Le premier pacte a en effet permis d’informer le grand public, de diffuser les bonnes pratiques et de faciliter les dons de produits alimentaires non-vendus . Ces derniers étaient en effet automatiquement et obligatoirement détruits ou jetés. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Désormais, les supermarchés, les cantines (d’entreprises, d’écoles, de maisons de retraites et d’hôpitaux) et les industriels agroalimentaires doivent donner leurs denrées consommables et non-consommées à des associations caritatives. Charge à elles de les redistribuer ensuite.

En matière de communication, une journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire a été créée le 16 octobre et le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a créé une campagne de communication antigaspi sur le thème des contes ou fables de notre enfance. Cendrillon, le Corbeau et le renard ou le Petit Poucet servent d’exemples grâce à des versions détournées de leurs histoires : pourquoi laisser tomber un fromage ou jeter un potiron après qu'il ait servi de carrosse alors qu’il pourrait être mangé ? Les réseaux sociaux ne sont pas en reste avec la création du #AntiGaspi, des comptes Twitter @Min_Agriculture et Facebook Alim’agri et des infographies pédagogiques disponibles sur le site du ministère. Il s’agit d’une campagne intergénérationnelle destinée à sensibiliser les plus jeunes.

De belles initiatives

Cette 5e journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire, organisée fin 2017, a permis de révéler au grand public un certain nombre d’initiatives lancées récemment en France. Parmi elles :

  • l’application pour smartphone « The food life » qui met en relation les supermarchés et les associations caritatives afin de récupérer les invendus de produits frais ;
  • la puce fraîcheur anti gaspi « TopCryo » qui a pour vocation de remplacer les fameuses dates limite de consommation en passant du vert au rouge lorsque le produit est périmé ;
  • la charte antigaspi « mon resto gaspi zéro » qui récompense les bonnes pratiques : bonne gestion des stocks, gestion des déchets, sacs à restes (doggy bag)… des restaurateurs de Montpellier ;
  • le développement du glanage dans la Sarthe grâce à la mise en place d’un annuaire de producteurs qui acceptent que l’on vienne ramasser dans le champ ce qui n’a pas été récolté.

Les mentalités de tous les acteurs de la chaîne alimentaire sont en train de changer et les idées fourmillent. Tous vos gestes du quotidien contribuent à la lutte contre le gaspillage alimentaire.

 

10 gestes pour lutter contre le gaspillage alimentaire

Sources

casuffitlegachis

egalimentation.gouv

legifrance.gouv

agriculture.gouv

Europe 1

Ademe

agriculture.gouv

Informations non contractuelles données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. GENERALI ne saurait être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature lié aux informations fournies.