Vélib’, Vélo’v, Vélocité, Bicloo, les vélos en libre-service (VLS) connaissent un véritable succès dans toutes les villes de France. Faut-il s'assurer pour les utiliser ?

Vélo en libre-service : comment ça marche ?

Il s’agit d’un système de location en libre-service, disponible 24h/24 et 7j/7. L’abonnement à l’année qu’il est possible de souscrire n’inclut aucune assurance. Ainsi, l’utilisateur assume seul les conséquences d’un dommage causé à des tiers, au vélo ou à lui-même. Mieux vaut donc être bien protégé, surtout si l’on est un utilisateur régulier.

Quelles assurances pour rouler en vélo ?

Sachez que votre assurance multirisque habitation couvre les risques liés à la responsabilité civile lors d’un parcours à vélo. Elle permet d’indemniser vos victimes (piétons par exemple) si, en tant que cycliste, vous leur causez des dommages corporels ou matériels.

Pour couvrir les dommages dont vous pourriez être victime, il est possible, selon les cas, de faire jouer l’assurance responsabilité civile, l’assurance auto ou moto au tiers du responsable.

En revanche, aucune indemnisation n’est prévue si vous avez un accident seul, sans tiers impliqué. Pour vous assurer, pensez à souscrire une assurance personnelle, comme une Garantie Accidents de la Vie (GAV).

Et en cas de vol du vélo ?

En cas de vol avec violence ou effraction, il vous en coûtera environ 35 €,  sur présentation d’un justificatif de dépôt de plainte. En revanche, si vous avez abandonné votre vélo sans antivol, la caution versée lors de la location (généralement 150 €), sera prélevée sur votre compte bancaire.
Si vous êtes un utilisateur régulier, contactez votre assureur : il saura vous indiquer l’assurance la plus appropriée.

Dossier mis à jour le 15/11/2012
 

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.