Si vous utilisez une cheminée, il est obligatoire de l’entretenir et de la faire ramoner régulièrement afin de limiter les risques d’incendie et d’intoxication. A qui incombe le ramonage ? Quand et selon quelle fréquence votre cheminée doit-elle être ramonée? En cas de manquement, êtes-vous assuré ? Le point sur l’entretien de votre cheminée.

Faire ramoner sa cheminée : une obligation légale

C'est le règlement sanitaire départemental de la commune où vous résidez (consultable en mairie ou à la préfecture) qui précise vos obligations, généralement 2 ramonages par an, dont une lors de la période de chauffe. Le ramonage mécanique (1) de votre cheminée, qui permet d’éliminer les dépôts accumulés sur les parois intérieures et de faciliter l’évacuation de la fumée, doit être effectué par un professionnel.

Pour éviter toute mauvaise surprise, faites appel à un professionnel certifié par l’Organisme professionnel de qualification et de classification du bâtiment (OPQCB).

A l’issue du ramonage de votre cheminée, vous recevez un certificat que vous devrez présenter à votre assurance en cas de sinistre. Le tarif d’un ramonage de cheminée varie en moyenne entre 40 et 80 €, selon la nature de l’intervention et votre région d’habitation.

Qui est soumis à l’obligation de ramonage ?

L’obligation de ramonage s’applique au propriétaire du logement dans lequel se situe la cheminée. S’il loue son bien immobilier, le propriétaire doit ainsi s’assurer du bon état des conduits lors de chaque changement de locataire.

En revanche, les frais de ramonage sont à la charge de l’utilisateur de la cheminée : en cas de location, le ramonage est donc inclus dans les charges locatives.

Si vous omettez de vous soumettre à l’obligation de ramonage, vous vous exposez à une contravention (amende de 3e classe) et à des sanctions aggravées si le défaut de ramonage entraîne un incendie grave.

Vous risquez enfin de ne pas être couvert par votre assurance en cas de sinistre.
Pour garder l’esprit serein, souscrivez une assurance habitation adaptée à vos besoins !

(1) Vous pouvez également effectuer un ramonage « chimique » en complément, mais seul le ramonage « mécanique » est obligatoire.

Dossier mis à jour le 20/02/2015

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.