Vous devez être hospitalisé ? Vous pourrez peut-être rester chez vous ! On parle alors d'hospitalisation à domicile (HAD). Voici tout ce qu’il faut savoir sur ce dispositif.

L’hospitalisation à domicile, c’est quoi ?

La notion de domicile est ici prise au sens large, puisque qu’une hospitalisation à domicile (HAD) est une hospitalisation à temps complet et continue (24 heures sur 24, 7j sur 7 et 365 jours par an), chez vous ou dans un établissement d’hébergement pour les personnes âgées.

Ce dispositif vous permet de raccourcir ou d'éviter un séjour à l'hôpital.

L’HAD en chiffres (2013)
105 000 patients.
4, 4 millions de journées d’hospitalisation.
859 millions d’euros, soit 1 % de toutes les dépenses d’hospitalisation et 0,5 % des dépenses de l’assurance maladie.
 

A qui s’adresse l’HAD ?

Elle concerne des malades de tous âges, atteints de pathologies graves (cancer, sclérose en plaques, tétraplégie, etc.), aiguës ou chroniques, évolutives et/ou instables, qui seraient autrement hospitalisés en établissements de santé.

L’HAD n’est donc pas à confondre avec des soins infirmiers à domicile (SSIAD), dispensés dans le cadre du maintien à domicile des personnes âgées ou des personnes en situation de dépendance.

 

Pourquoi opter pour l’HAD ?

L’HAD vise à améliorer le confort du patient en le soignant dans un univers familier, sans pour autant perdre en qualité de prise en charge par rapport à l’hôpital.

De fait, les établissements d’HAD doivent répondre aux mêmes obligations que les établissements hospitaliers traditionnels en matière d'accréditation, de sécurité, de qualité des soins, de lutte contre les infections nosocomiales et la douleur.

Enfin, l’HAD limite le coût des dépenses de santé.

Pouvez-vous être hospitalisé à domicile ?

La réponse est oui si :

  • vous et votre famille êtes d’accord,
  • votre situation clinique le justifie,
  • les conditions de votre domicile le permettent.

Il faut par ailleurs :

  • résider dans une zone géographique couverte par une structure d’HAD,
  • que cette structure dispose d'un nombre de lits suffisant pour vous accueillir le cas échéant.

  

Qui prend la décision ?

Seul votre médecin traitant ou un médecin hospitalier pourra vous orienter en HAD après consultation.

La décision d'admission appartient quant à elle au responsable de la structure d’HAD après avis du médecin coordonnateur. L'hospitalisation à domicile peut durer de quelques jours à plusieurs années. Tout dépend de votre pathologie et de la prise en charge prévue par votre protocole de soins.
  

Portrait-robot du patient hospitalisé à domicile
63,3 ans : l’âge moyen des patients
58,4% sont des femmes 
55 % des séjours concernent des patients âgés de moins de 60 ans, et 10 % des mineurs
 

Quels sont les soins prodigués ?

L'HAD permet 3 types de soins :

  • ponctuels, notamment en cas de maladie non stabilisée (chimiothérapie, antibiothérapie, etc.),
  • de réadaptation au domicile, notamment en cas de retour anticipé après l'accouchement, de maladie cardiaque, de traitement orthopédique...
  • palliatifs. Il s'agit d'un accompagnement en fin de vie ou de soins continus pour une maladie non stabilisée (cancer, maladie cardiaque ou pulmonaire).

Où trouver une structure d'hospitalisation à domicile ?

Il existe actuellement près de 300 établissements d'hospitalisation à domicile, un dans chaque département au minimum. Certains relèvent du secteur public, d’autres du secteur privé (reposant le plus souvent sur un cadre associatif).

Considérés depuis 2009 comme des établissements de santé, ils en assument toutes les obligations, notamment en matière de sécurité et de qualité, de continuité des soins et de respect des droits des patients.

  

Quel est le niveau de prise en charge ?

Comme toute hospitalisation, l’HAD est prise en charge à 80 % par l'assurance maladie. Elle peut l’être à 100 % pour une affection de longue durée. La part restante pourra être remboursée par votre mutuelle.

Combien coûte l’HAD ? Tout dépend des soins prodigués, de votre état de dépendance et de la durée de votre prise en charge. Les tarifs peuvent varier de 86 € à plus de 500 € par jour. En 2011, le coût moyen d’une journée d’HAD a été évalué à 198 €.

On estime qu'à qualité de soins équivalente, l'HAD coûte 3 à 4 fois moins cher à l'assurance maladie que l'hospitalisation classique (de l'ordre de 700 € par patient et par jour). De son côté, le patient profite du confort d’un cadre familier et réalise des économies de frais individuels de chambre individuelle, de téléphone...

 

Pouvez-vous être dispensé d’avance de frais ?

Vous pouvez être dispensé d’avance de frais uniquement pour :

  • les honoraires des médecins traitants et spécialisés que vous consultez dans le cadre de votre HAD,
  • les médicaments pharmaceutiques,
  • les analyses biologiques liées à votre HAD,
  • les honoraires des professionnels paramédicaux (infirmier, aide-soignante, kinésithérapeute, sage-femme, orthophoniste, etc.) si une convention est établie,
  • le transport en ambulance s'il a été commandé par l'HAD,
  • l'hospitalisation de jour,
  • le matériel médical,
  • le mobilier spécifique (lit médicalisé, fauteuil de repos, etc.),
  • le matériel et les accessoires à usage unique.

 

Où s’informer ?

Pouvez-vous être dispensé d’avance de frais ?

Vous pouvez être dispensé d’avance de frais uniquement pour :
• les honoraires des médecins traitants et spécialisés que vous consultez dans le cadre de votre HAD,
• les médicaments pharmaceutiques,
• les analyses biologiques liées à votre HAD,
• les honoraires des professionnels paramédicaux (infirmier, aide-soignante, kinésithérapeute, sage-femme, orthophoniste, etc.) si une convention est établie,
• le transport en ambulance s'il a été commandé par l'HAD,
• l'hospitalisation de jour,
• le matériel médical,
• le mobilier spécifique (lit médicalisé, fauteuil de repos, etc.),
• le matériel et les accessoires à usage unique.

 

Où s’informer ?
• Fédération nationale des établissements d’hospitalisation à domicile (FNEHAD)
• Fédération hospitalière de France (FHF)

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.