Petite flotte d'entreprise : comment agir contre les risques routiers ?

 
21/10/2010
risque routier
Prévoir les déplacements

Le risque routier peut être limité en se posant certaines questions très simples :

  • Ce déplacement est-il indispensable?
  • Est-il possible de le remplacer par une solution de travail à distance (notamment la visioconférence)?
  • Est-il possible d'utiliser à la place les transports en commun?
  • Faut-il interdire un déplacement au-delà d'un certain nombre de kilomètres?
  • Le conducteur a-t-il consulté les conditions météorologiques avant son départ?

Il est recommandé pour les petites entreprises de rationaliser les tournées en affectant à chaque chauffeur un secteur ou un nombre limité de clients ou de rendez-vous par jour.


Gérer le parc de véhicules

Certains équipements permettent de renforcer la sécurité des chauffeurs et d'éviter les accidents :

  • L'ABS
  • Les airbags conducteurs et passagers
  • L'antipatinage
  • Le contrôle de stabilité
  • Le limiteur de vitesse
  • Le témoin de pression des pneumatiques,etc.

Il est indispensable de bien entretenir le parc automobile pour limiter le risque routier. Un carnet d'observations doit être mis en place pour chaque véhicule afin d'en assurer la maintenance.


Aménager les communications

L'usage du téléphone doit être strictement encadré. Le règlement intérieur de l'entreprise doit interdire aux chauffeurs de téléphoner en conduisant. Il est même conseillé d'interdire l'utilisation des kits mains libres. Les conducteurs ne devraient téléphoner que lorsqu'ils sont à l'arrêt.

Afin que cette mesure soit appliquée concrètement, la direction de l'entreprise doit s'entretenir avec les chauffeurs pour les sensibiliser au risque encouru en cas d'appel sur la route.

Par ailleurs, les informations que la direction a besoin de transmettre aux conducteurs doivent être hiérarchisées. Certaines sont indispensables et nécessitent une conversation téléphonique. D'autres peuvent se régler par un simple SMS.


Vérifier les compétences

Même dans une petite entreprise, il est indispensable de contrôler les compétences des chauffeurs pour vérifier leur aptitude à la conduite et leur connaissance des risques routiers.

Il existe des organismes spécialisés dont l'objectif est d'assurer des formations théoriques ou pratiques aux conducteurs. Le formateur leur fera passer une série de tests en s'appuyant sur une feuille d'évaluation portant sur certains points précis : freinage, port de la ceinture, anticipation du danger, etc...

En cas d'échec aux tests, le conducteur devra suivre une nouvelle formation de remise à niveau.


Bénéficier d'aides financières

Des subventions peuvent être accordées aux TPE ou PME pour acheter de nouveaux véhicules utilitaires ou pour obtenir des réductions temporaires sur leurs taux de cotisation.

Cette mesure vise en priorité les sociétés les plus vertueuses : celles qui ont mis en place un projet de prévention contre le risque routier.

Pour obtenir ces aides financières, l'entreprise doit :

  • Signer en premier lieu un contrat d'objectifs avec la Caisse nationale de l'assurance-maladie des travailleurs salariés (CNAMTS).
  • Signer en deuxième lieu un contrat de prévention avec la caisse régionale d'assurance-maladie (CRAM) ou la caisse générale de sécurité sociale (CRSS).

Les subventions obtenues par l'entreprise resteront acquises uniquement si elle a tenu ses engagements.

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.

Nos solutions