L’association de commerçants a vocation à défendre les intérêts de ses membres, de négocier avec les partenaires locaux et de mettre en place des opérations pour promouvoir ses différentes activités. Une véritable opportunité pour les commerces indépendants qui peuvent ainsi développer leur notoriété, leur trafic en magasin et leur chiffre d’affaires.

Quel est le rôle d’une association de commerçants ?

L’association de commerçants a pour objectif de mettre en place une stratégie commune, profitable à tous ses membres, permettant de renforcer l’activité commerciale dans une zone géographique donnée. 

Elle n’a pas vocation à accroître le chiffre d’affaires individuel de ses adhérents ni à défendre leurs intérêts personnels. Elle intervient ainsi principalement à deux niveaux :

Elle génère du trafic et fidélise la clientèle grâce à la création d’outils marketing et la mise en place d’opérations de communication.

Elle peut ainsi :

  • créer un système de cartes de fidélité ;
  • mettre en place des animations commerciales ;
  • adapter le mode de fonctionnement des commerces aux besoins de la clientèle (horaires d’ouverture notamment) ;
  • moderniser les commerces ;
  • élaborer une démarche qualité ;
  • participer au débat public avec les pouvoirs publics (mairie, conseil général et régional, CCI, etc.).
     

Elle construit et gère l’environnement local des commerçants, notamment :

  • en proposant des actions pour aménager le territoire (voies piétonnes, stationnement, plan de circulation, etc.) ;
  • en participant à la protection de l’environnement ;
  • en renforçant les mesures de sécurité.

 

Pour un commerce indépendant, adhérer à une telle association peut présenter des avantages multiples :
  • améliorer sa compétitivité ;
  • augmenter son offre commerciale ;
  • proposer de nouveaux services aux clients ;
  • accroître son chiffre d’affaires grâce, par exemple, à l’utilisation de chèques cadeaux mis en place au sein de l’association ;
  • participer à des groupes de travail pour animer et développer la zone de chalandise ;
  • être davantage informé des opérations événementielles mises en place dans le centre-ville, dans une zone industrielle, etc. ;
  • prendre connaissance des différentes études réalisées par des structures comme la CCI, notamment en ce qui concerne la gestion des soldes, de la période de Noël, etc. ;
  • représenter sa ville et participer à des salons nationaux ou internationaux.

Comment fonctionne une association de commerçants ?

Comme n’importe quelle autre association, elle :

  • doit être enregistrée en préfecture ;
  • a la personnalité juridique ;
  • peut, ou non, être à caractère lucratif ;
  • ne peut pas partager ses bénéfices ;
  • n’est pas inscrite au RCS ;
  • est soumise aux règles du droit de la concurrence.

Toutes les informations concernant l’aspect juridique des associations sont accessibles sur le site Internet Service-public.

Facteurs de réussite d’une bonne association

Afin de remplir efficacement sa mission et d’atteindre ses objectifs, l’association de commerçants doit respecter plusieurs fondamentaux.

 

En termes d’organisation :
  • Élire un président motivé pour donner de l’élan et une ligne directrice à la structure.
  • Identifier « la locomotive », c’est-à-dire un commerce qui, à lui seul, draine un vaste public et dont bénéficieront les commerces alentour. Par exemple, la principale grande surface dans un centre commercial ou un commerce à forte notoriété dans une rue piétonne (notamment les marques franchisées de vêtements).
  • S’appuyer sur les adhérents les plus dynamiques, affichant un certain leadership pour représenter l’association. Ces derniers doivent être capables de mobiliser d’avantages de commerçants pour renforcer le maillage de la ville. Plus l’association comptera d’adhérents, plus elle se fera entendre auprès des autorités administratives et politiques.
  • Entretenir son réseau et nouer des relations avec des partenaires divers (décideurs locaux et acteurs privés).
     
Dans la mise en place de ses actions :
  • Connaître son environnement pour définir une stratégie pertinente permettant de mobiliser l’ensemble des commerces.
  • Mettre en place un projet portant sur une période définie et basé sur des données concrètes.
  • Établir un plan de communication à destination des adhérents pour les impliquer dans le projet et les informer des actions menées.
  • Évaluer les résultats de chaque action afin d’identifier les pistes d’amélioration.

 

Quelques exemples d'opérations commerciales

Les associations de commerçants peuvent profiter du calendrier des fêtes nationales ou locales, d’événements locaux ou inventer toute sorte de dispositifs pour mettre en place des opérations attractives.

Parmi elles, on peut citer l’organisation :

  • de braderies, tombolas, jeux-concours ;
  • de marchés de Noël, fête du Beaujolais, fête du printemps, Halloween, etc. ;
  • de semaines du chocolat pour Pâques, semaine du goût, quinzaines commerciales ;
  • de défilés dans les rues, de concours de vitrines, etc.

Pour en savoir plus

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.