Skip to main content

Quelles assurances prévoir si vous souhaitez arrêter de travailler avant l’âge de la retraite ?

Vous avez choisi de cesser votre activité avant l’âge légal de départ à la retraite. Il faut vous préparer sans attendre.

Qui peut prétendre à une retraite anticipée ?

Si vous êtes affilié au régime général de la Sécurité sociale, pour liquider vos droits à la retraite, vous devez atteindre l’âge minimum légal de 62 ans si vous êtes né à partir de 1955. Pour percevoir une pension à taux plein, il faut également avoir cotisé 160 à 172 trimestres, selon votre année de naissance. Sinon, votre pension fera l’objet d’une décote, sauf si vous partez après 67 ans.

Bon à savoir. L’âge légal de départ à la retraite varie selon les régimes. Dans la fonction publique, par exemple, l’âge d’ouverture des droits à la retraite est de 52 ans ou de 57 ans pour les agents de catégorie « active », qui correspond aux métiers de terrain pénibles ou dangereux.

Sous certaines conditions, vous pouvez bénéficier d’une retraite anticipée. C’est le cas notamment si vous avez commencé à travailler avant d’avoir 20 ans (carrière longue), si vous êtes en état d’incapacité permanente ou si vous exercez un métier très éprouvant. Le montant de votre retraite et l’âge de départ varieront en fonction de votre situation individuelle et du nombre de trimestres cotisés.

Pouvez-vous conserver l’assurance santé et prévoyance de votre entreprise ?

Dans certains cas, vous pouvez continuer à bénéficier, gratuitement, des garanties des complémentaires santé et de prévoyance de votre entreprise, à l’issue de votre contrat de travail. C’est ce qu’on nomme la « portabilité ». Elle débute à la date de cessation de votre contrat de travail.

Pour prétendre au maintien de ces droits, vous devez répondre à certaines conditions qui se cumulent :

  • faire l’objet d’une rupture de contrat de travail pour un motif autre qu’une faute lourde ;
  • être indemnisé par l’assurance-chômage ;
  • avoir bénéficié de la couverture complémentaire santé et/ou prévoyance d’entreprise lorsque vous étiez salarié.

À noter. Vos droits sont maintenus pour une durée égale à votre période d’indemnisation du chômage. La portabilité reste cependant limitée à la durée de votre dernier contrat de travail (ou des derniers contrats consécutifs, chez un même employeur), et ne peut excéder douze mois.

La portabilité s’applique-t-elle en cas de départ à la retraite ?

En cas de liquidation anticipée de votre retraite, le maintien de vos couvertures complémentaires santé et prévoyance d’entreprise ne s’applique pas au titre de la portabilité.

Mais vous pouvez bénéficier du maintien des garanties santé de votre ancienne entreprise à titre individuel et payant, sans limite de durée. Vous aurez cependant à votre charge l’intégralité de la cotisation du contrat complémentaire santé : la partie anciennement payée par le salarié, ainsi que la part versée par l’employeur.

Toutefois, les tarifs sont encadrés par la loi selon les modalités suivantes :

  • la première année, ils ne peuvent être supérieurs aux tarifs globaux applicables aux salariés actifs ;
  • la deuxième année, ils ne peuvent être supérieurs de plus de 25 % ;
  • la troisième année, ils ne peuvent être supérieurs de plus de 50 % ;
  • à partir de la 4e année, la tarification est libre.

Enfin, il faut savoir que ce maintien de garanties ne s’applique pas à vos éventuels ayants droit (conjoint, enfants).

Ce maintien n’est pas applicable aux garanties de prévoyance complémentaire dont vous étiez bénéficiaire en tant que salarié.

Pensez à l’assurance santé individuelle

Si vous ne bénéficiez pas du maintien de la complémentaire santé d’entreprise ou si ces garanties n’apparaissent plus adaptées à votre situation, tournez-vous vers une assurance santé individuelle. Elle permet de bénéficier d’une couverture personnalisée. Generali propose, comme la majorité des compagnies d’assurance, une assurance santé pour les seniors.

Âge, région, situation maritale, enfants à charge… optez pour un contrat adapté à votre profil et à votre budget. Ainsi qu’à vos besoins : hospitalisations, lunettes, soins et prothèses dentaires, médecines douces, etc.

Quelles garanties prévoyance sont adaptées à votre retraite ?

En prenant votre retraite, vous perdez votre couverture prévoyance entreprise. Pour rester couvert contre les risques liés à la personne, vous devez souscrire une assurance prévoyance individuelle adaptée, à l’instar de la Garantie prévoyance, pour vous prémunir des conséquences financières de la perte d’autonomie, tel que le contrat dépendance de Generali.

Pensez à épargner !

Si vous travaillez encore, n’attendez plus pour ouvrir un plan d’épargne retraite (PER). Le PER est le nouvel outil de retraite instauré par la Loi Pacte visant à vous aider à préparer financièrement cette future étape de votre vie, à votre rythme, tout en allégeant vos impôts.

Vous percevrez ainsi un capital et/ou une rente viagère pour améliorer vos revenus à la retraite.

Au 31 décembre 2019, déjà 84000 plans ont été ouverts.

Trois types de PER existent :

  • le PER individuel, destiné à tous. Il succède au PERP, au contrat Madelin, au Préfon (Caisse nationale de prévoyance de la fonction publique), au Corem (le complément de retraite mutualiste) et à la CRH (complémentaire retraite des hospitaliers) ;
  • le PER d’entreprise collectif, qui remplace le Perco (destiné à accueillir principalement les droits issus de l’épargne salariale) ;
  • le PER d’entreprise obligatoire, qui succède aux contrats « article 83 » (contrat d’assurance-vie souscrit par l’employeur pour le compte de ses salariés).

Bon à savoir. Les sommes versées sur un PER sont bloquées jusqu’au départ à la retraite. Toutefois, le déblocage anticipé de certaines sommes peut s’appliquer, notamment pour l’achat de la résidence principale, en cas d’invalidité au sein de la famille (du titulaire, de ses enfants ou du conjoint ou partenaire de pacs), ou en cas de décès du conjoint ou du partenaire de pacs.

Avez-vous songé à l’assurance-vie ?

Le contrat d’assurance-vie permet la constitution d’un capital sur le long terme et de préparer sa retraite le cas échéant.

Il peut compléter vos revenus par des retraits (rachats), lesquels peuvent être partiels ou totaux, ou par la transformation de votre capital en rente selon les conditions contractuelles auxquelles il est souscrit. Votre épargne est disponible à tout moment.

Au terme de votre contrat, vous – ou les bénéficiaires de votre choix désignés au sein de votre contrat – percevez les sommes investies, augmentées de gains éventuels.

On distingue plusieurs types de contrats d’assurance-vie :

  • Le contrat d’assurance en cas de vie : si vous êtes en vie au terme de votre contrat, l’assureur s’engage à verser (à vous ou aux bénéficiaires désignés au sein de votre contrat) un capital ou une rente en fonction des conditions contractuelles auxquelles votre contrat est souscrit.
  • Le contrat d’assurance en cas de décès : l’assureur s’engage à verser un capital ou une rente aux bénéficiaires que vous avez désignés au sein de votre contrat d’assurance si vous décédez avant le terme prévu à votre contrat (en cas de contrat d’assurance temporaire), ou suite à votre décès (en cas de contrat d’assurance vie entière).
  • Le contrat d’assurance mixte : si vous êtes en vie au terme de votre contrat, l’assureur s’engage à vous verser un capital ou une rente en fonction des conditions contractuelles auxquelles votre contrat est souscrit. Si vous décédez avant le terme du contrat, l’assureur s’engage à verser un capital ou une rente aux bénéficiaires que vous avez déterminés en fonction des conditions contractuelles auxquelles votre contrat est souscrit.

 

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps.
L’investissement sur les supports en unités de compte supporte un risque de perte en capital puisque leur valeur est sujette à fluctuation, à la hausse comme à la baisse, dépendant notamment de l’évolution des marchés financiers. L’assureur s’engage sur le nombre d’unités de compte et non sur leur valeur, qu’il ne garantit pas.

Nos solutions

Partager