Skip to main content

Mal de dos au volant : les bons réflexes à adopter

Apprenez à bien vous tenir lorsque vous conduisez, cela vous évitera de développer de nombreux troubles musculo-squelettiques (TMS) : une nuque, des épaules, un dos, mal positionnés peuvent transformer un simple trajet en supplice.
Voici quelques conseils pour y remédier et faire que la conduite soit toujours un plaisir.

De l’importance d’une bonne posture au volant.


Le risque de troubles musculo-squelettiques liés à l’utilisation de la souris, ou au simple fait d’être avachi face à son ordinateur (une autre conséquence de la sédentarité) est désormais une affaire connue de tous. Il est pourtant un autre espace où ces troubles sévissent et dont on parle moins : la voiture.

Il a été établi en 2019*, que les automobilistes Français ont passé en moyenne 163 heures** dans les embouteillages en région parisienne, 151 heures** à Marseille et 142 heures** à Lyon. 
Un chiffre qui s’est légèrement réduit cette année, la plupart des collaborateurs n’ayant plus la nécessité de recourir à leur voiture pour se rendre sur site. Mais certains n’ont pas cette chance.

La coronavirus n’a pas sonné le glas de la circulation routière et des embouteillages à travers le monde, pour autant elle a contribué à les diminuer en 2020 : - 7 % à Paris, - 6 % à Grenoble et – 5 % à Nantes (tous les chiffres sur ce lien).  Et qui dit embouteillage, dit autant de temps passé derrière son volant assis, avec le risque de s’avachir sur son siège.

La position de conduite prolongée peut être un facteur aggravant pour les douleurs aux cervicales ou les maux de dos tels que le lumbago, la hernie discale ou encore la sciatique. Il n’est pourtant jamais trop tard pour apprendre à se redresser et adopter la bonne posture au volant. 

A lire : 
Troubles musculo-squelettiques : des risques pour presque toutes les professions
Comment s'asseoir à son bureau pour préserver son dos

TMS : prévenir plutôt que guérir 

Le mal de dos du conducteur n’est pas une fatalité. Il existe un grand nombre de bonnes pratiques et bons gestes à mettre en place au quotidien afin de prévenir ces douleurs et réduire les risques de maladies et les douleurs lombaires. 
10 conseils pour éviter les problèmes de dos en voiture***.

 

Adopter une bonne posture en 5 étapes :

 

2021-02/infographie_bonne_posture_vdef.png

Pour savoir si le volant est bien réglé, l’usager doit être en mesure de voir les indicateurs du tableau de bord et de pouvoir bouger les jambes sans toucher la couronne du volant.

 

Adopter les bons gestes en 5 étapes.


. Pour les longs trajets, il est important de faire une pause d’au moins 20 minutes toutes les 2 h. Marchez, dégourdissez-vous les jambes et le haut du dos, faites des étirements du buste et des jambes : cela aide à redynamiser le corps, à rester concentrer et in fine, cela évite de nombreux accidents.
. Améliorez le soutien lombaire en plaçant un coussin ergonomique (ou un simple pull) dans le creux de votre dos afin de corriger votre cambrure.
. Vous disposez de fauteuils chauffants ? La chaleur sera votre meilleure alliée pour éviter le mal de dos. Vous pouvez également investir dans une ceinture lombaire chauffante, plus économique et tout aussi efficace.
. Optez pour des amortisseurs souples afin de limiter les vibrations et les micro-chocs réguliers au niveau de vos fessiers et du bas de votre dos.
. Exercez régulièrement une activité physique. Cela permet de réduire de façon significative les douleurs dorsales en renforçant les muscles dorsaux.

Sédentarité et mauvaise posture : un combo dramatique


Avec la révolution industrielle, et récemment numérique, les machines et les ordinateurs ont peu à peu remplacé les Hommes pour accomplir des tâches lourdes et rébarbatives. Un gain de temps substantiel qui permet à la plupart d’entre nous, désormais, de nous déplacer et de travailler sans avoir à nous lever de notre siège. Cette sédentarité est dramatique pour notre corps : nous ne sommes pas faits pour rester assis. Pour illustrer ce propos, le futurologue William Higham, CEO de Next Big Thing, a imaginé Emma, l’incarnation de votre future collègue de bureau en 2040. Le résultat est éloquent : Emma a, entre autres, le dos voûté, un état permanent causé par de nombreuses heures, assise dans une mauvaise position.

 
En savoir plus :
Sédentarité : comment la réduire ?
(Télé)travail : douleurs au dos, que faire ?
 9 Français sur 10 souffriraient du mal de dos après le confinement

 

Sources : 
* dixième édition de l'étude mondiale TomTom Traffic Index
** temps perdu sur un an pour un trajet quotidien de 30 minutes (5 jours/ 7) aux heures de pointes.
*** Vanberg prévention

Partager

Informations non-contractuelles données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. Generali ne saurait être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature lié aux informations fournies.