Noël : certains jouets peuvent être dangereux

 
16/12/2015
Les jouets de Noël peuvent être dangereux

La Direction générale du commerce, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) teste tout au long de l’année les jouets en vente, aussi bien dans les grandes surfaces que dans les boutiques, sur les marchés ou par Internet. Elle vient de livrer son bilan pour 2014.

Des jouets potentiellement dangereux

Les laboratoires ont mené des analyses sur 805 prélèvements de jouets et ont découvert que 16,5 % d’entre eux n’étaient pas conformes et dangereux.

Les non-conformités peuvent être classées en deux catégories :

  • L’étiquetage : par exemple, les avertissements obligatoires ne sont pas mentionnés ou l’âge recommandé n’est pas adéquat.
  • La présence d’éléments dangereux pour l’enfant. Citons les pièces trop petites ou le rembourrage mal scellé d’une peluche, que les plus jeunes peuvent avaler, causant étouffement ou suffocation ; le risque de brûlure avec des piles mal protégées ; de possibles expositions à des substances dangereuses….

Des règles simples pour se protéger

Pas question pour autant de sombrer dans la paranoïa ! En suivant les recommandations de la DGCCRF, vous limiterez les risques.

  • Sélectionnez des jouets en accord avec l’âge de votre enfant et veillez à ce qu’ils comportent le marquage CE.
  • Lisez attentivement les règles de sécurité et ne conservez pas le jouet si celles-ci ne sont pas inscrites en français.
  • Enfin, n’achetez pas de jouets à des vendeurs à la sauvette.

Noël est également propice aux accidents domestiques : attention à ce que les petits ne confondent pas décorations et jouets.

 

Des précautions qui permettront à tous de passer un bon Noël !

Lire le dossier "Sécurité des jouets" de la DGCCRF pour découvrir tous leurs conseils (pdf, 1,6 Mo). Très complet, il détaille les règles à suivre pour chaque catégorie de jouet.

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.