Skip to main content

Malaise cardiaque chez un homme : comment l’identifier et comment réagir ?

Chaque année, près de 50 000 personnes meurent d’un arrêt cardiaque en France. Urgence vitale, l’infarctus du myocarde nécessite une prise en charge le plus tôt possible. Comment reconnaître un malaise cardiaque et comment réagir ?

Quelles personnes sont concernées par un arrêt cardiaque ?

Le 12 juin 2021, le malaise cardiaque en mondovision du footballeur danois, Christian Eriksen, lors de l’Euro de football, a rappelé à chacun qu’un accident peut survenir à tout moment. Une prise en charge en urgence et rapide lui a sans aucun doute sauvé la vie. L’accident a aussi souligné que tout le monde peut potentiellement être concerné par un malaise cardiaque, même si, dans les faits, les hommes au-dessus de 55 ans en sont les plus victimes. Les femmes sont autant affectées, mais à un âge plus élevé, autour de 65-70 ans.

Quelles sont les causes de l’arrêt cardiaque ?

Quelque 90 % des arrêts cardiaques chez l’adulte sont dus à une cause cardiovasculaire, dont l’infarctus du myocarde. Il est déclenché par l’obstruction d’une artère qui alimente le cœur en sang, et donc en oxygène (artère coronaire). Privées d’oxygène, les cellules musculaires du cœur meurent rapidement sur une zone plus ou moins étendue. Cela entraîne des problèmes de contraction du muscle cardiaque (le myocarde), se manifestant par des troubles du rythme, une insuffisance cardiaque, voire l’arrêt du cœur.

Toutefois, le plus souvent, il s’agit d’une fibrillation ventriculaire, c’est-à-dire un trouble du rythme cardiaque correspondant à des contractions rapides, irrégulières et inefficaces des ventricules du cœur. Les maladies du myocarde peuvent se compliquer d’un arrêt cardiaque.

La reprise du rythme par le cœur lui-même est rare. Une intervention extérieure et l’application des gestes de secours sont alors nécessaires pour relancer la circulation sanguine et l’oxygénation des cellules.

Important. Le délai entre le moment où le diagnostic par électrocardiogramme et le temps où les artères sont désobstruées doit être le plus court possible. Plus tôt la personne est prise en charge, moins l’ampleur de l’infarctus est importante. On estime qu’au-delà de 5 minutes d’arrêt du cœur, les lésions sont irréversibles.

Quels sont les symptômes d’un malaise cardiaque ?

Différents symptômes peuvent être révélateurs :

  • pour infarctus du myocarde, le sujet peut présenter, dans les jours ou les heures qui précèdent, une douleur thoracique prolongée, comme un étau, pouvant s’étendre jusqu’aux bras, une sensation d’oppression, de serrement voire d’écrasement ;
  • l’arrêt cardiaque peut être précédé de palpitations ou d’un malaise général ;
  • l’arrêt cardiaque peut aussi arriver brutalement, sans signes avant-coureurs.

Moins fréquente, la douleur peut aussi provenir de l’estomac, avec nausées et vomissements, et s’apparenter à des douleurs digestives.

Attention. Un infarctus peut dans certains cas passer totalement inaperçu, sans ressentir de douleurs aiguës. C’est notamment le cas chez les femmes et les personnes diabétiques. Il est généralement diagnostiqué a posteriori lors d’un bilan cardiaque.

Quels sont les facteurs de risque ?

Les principaux facteurs de risque sont les 9 mêmes que pour l’ensemble des maladies cardiovasculaires : tabagisme, alcool, diabète, cholestérol, sédentarité, hypertension, antécédents familiaux, obésité.

Comment réagir face à un infarctus ?

Dans la rue, les transports en commun, lors d’une rencontre sportive, une réunion de travail… une défaillance du cœur peut arriver subitement à tout moment. Vous pouvez y être confronté sans vous y attendre. Si la victime perd connaissance sans réagir lorsque vous lui parlez ou si elle ne semble pas respirer ou très irrégulièrement, il s’agit vraisemblablement d’un malaise cardiaque.

Savoir comment réagir est alors plus qu’indispensable. Encore une fois, plus vous agissez tôt, plus les risques sont limités et les chances de survie augmentées. Selon le site de l’Assurance maladie, 1 minute de gagnée, c’est 10 % de chances de survie en plus.

Face à une situation critique, trois gestes sont préconisés :

  • appelez le 15 pour prévenir les secours dès la crise ou dès que l’oppression thoracique se prolonge au-delà de 20 minutes ;
  • commencez à masser le cœur jusqu’à l’arrivée des secours pour relancer la circulation sanguine ;
  • demandez aux personnes à proximité de trouver en urgence un défibrillateur. Si c’est le cas, défibrillez au plus vite.

Bon à savoir. Pompiers, Croix rouge, Sécurité civile… De nombreuses associations proposent sur tout le territoire des formations aux premiers secours accessibles au grand public. Renseignez-vous près de chez vous.

À lire aussi : Malaise cardiaque chez une femme : comment l’identifier et bien réagir ?

Sources :
ameli.fr
Fédération française de cardiologie
Haute autorité de Santé

Nos solutions

Partager

Informations non-contractuelles données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. Generali ne saurait être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature lié aux informations fournies.