AVC : 4 actions simples pour réduire les risques cardiovasculaires

01/10/2018

Défaillance de la circulation sanguine au niveau du cerveau, l’Accident Vasculaire Cérébral frappe sans prévenir et peut entraîner de graves séquelles. Adoptez des règles de vie simples à mettre en place pour réduire les risques.

avc-prevention

1) Modifiez vos habitudes alimentaires

​La 1re piste se trouve dans votre assiette. Si ces quelques règles sont connues, elles sont néanmoins négligées, avec de réelles conséquences sur votre santé. Pour la préserver : 
  • évitez une alimentation trop grasse ;
  • méfiez-vous des plats industriels ;
  • privilégiez une cuisson à la vapeur plutôt qu'au beurre ;
  • équilibrez votre régime alimentaire en mangeant fréquemment du poisson, des fruits et des légumes ;
  • attention au grignotage entre les repas ;
  • modérez votre consommation d'alcool.

2) Gérez votre poids​​

Au-delà du poids, il est nécessaire d’évaluer votre situation pondérale qui a des conséquences sur les risques d’AVC. Pour cela, calculez votre indice de masse corporelle (IMC) en divisant votre poids (en kilos) par le carré de votre taille (en mètres). 
 
Exemple : vous mesurez 1m70 et pesez 79 kg. Vous obtenez alors le calcul suivant : 79/(1,70 x 1,70) = 27,34. Selon la classification ci-après, votre IMC correspond à une situation de surpoids :
  • entre 25 et 29,9 kg/m² : surpoids ;
  • entre 30 et 34,9 kg/m² : obésité modérée ;
  • entre 35 et 39,9 kg/m² : obésité sévère ;
  • plus de 40 kg/m² : obésité massive.
En fonction du résultat, il peut être nécessaire de consulter votre médecin traitant.

3) Évitez le tabac

​​Fumer réduit vos capacités respiratoires et cardiaques : votre corps est moins bien oxygéné et vos muscles (dont le cœur) moins performants.
La cigarette annule aussi la protection naturelle contre le risque de maladies cardiovasculaires dont bénéficient les femmes jusqu’à la ménopause, grâce à leurs hormones.
 
Arrêter de fumer est difficile, mais vous pouvez profiter de différentes aides :
  • un coaching 100 % personnalisé grâce à l’application Tabac info service ;
  • un traitement de substitution à la nicotine, prescrit par votre médecin ;
  • un accompagnement psychologique ;
  • les médecines douces.
Les méthodes sont nombreuses et il faut parfois en essayer plusieurs avant de trouver celle qui vous conviendra. Parlez-en autour de vous. Entre 2016 et 2017, 1 million de fumeurs quotidiens ont arrêté de fumer. Il y a sûrement un ex-fumeur dans votre entourage.
 
Bon à savoir : le forfait remboursement des substituts nicotiniques (patch, gommes, pastilles...) est passé de 50 à 150 euros. 

4) Bougez-vous !

Une activité physique régulière permet de rester en bonne santé et de diminuer le risque d’AVC.
Vous n’êtes pas obligé de pratiquer un « vrai » sport. Trouvez une activité adaptée à vos capacités physiques, que vous pourrez pratiquer régulièrement (au moins 30 minutes par jour) : marche à pied, aquagym, danse de salon… Sans oublier le ménage, le jardinage, le bricolage et autres travaux domestiques : c’est aussi de l’activité physique !
 
Demandez conseil à votre médecin traitant
Votre médecin joue un grand rôle dans la prévention de l’AVC. N’hésitez pas à évoquer le sujet avec lui et à faire le point sur votre situation. Il tiendra compte de tous vos facteurs de risque éventuels pour estimer votre risque cardiovasculaire global et vous conseiller des modifications comportementales adaptées.
Il pourra vous soutenir dans votre démarche et, éventuellement, vous orienter vers des spécialistes, des associations, des groupes d’activités, etc.

Information non-contractuelle à caractère publicitaire. Ces informations sont données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. La compagnie ne saurait être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature lié aux informations fournies.