Skip to main content

Quand faut-il se faire vacciner ?

Se faire vacciner, c'est se prémunir contre de nombreuses maladies infectieuses tant dans la petite enfance qu'à l'âge adulte. Lutter contre ces maladies graves, c'est se protéger soi-même mais aussi sa famille et ses proches.

Certains vaccins sont obligatoires et remboursés pour partie par la Sécurité Sociale, d'autres sont recommandés. Le point sur les vaccins et le calendrier vaccinal.

La vaccination, comment ça marche ?

Les vaccins sont élaborés à partir de bactéries ou de virus inactivés donc devenus inoffensifs. Une fois injectés dans l'organisme, ils provoquent une réaction du système immunitaire qui les reconnaît comme potentiellement actifs et qui fabrique des anticorps. Lors d'une éventuelle prochaine attaque du même virus, l'organisme reconnaîtra cette attaque et pourra se mobiliser plus rapidement en reproduisant la fabrique d'anticorps.

 

Les vaccins obligatoires

Diphtérie - Tétanos - Poliomyélite : ce sont les 3 vaccins obligatoires pour toute les enfants nés avant 2018 en Métropole .

Pour tous les enfants nés en 2018, le nombre de vaccins obligatoires est désormais de 11 :

  • diphtérie, tétanos et poliomyélite (DTP) ;
  • coqueluche ;
  • infections invasives à Haemophilus influenzae de type b ;
  • hépatite B ;
  • infections invasives à pneumocoque ;
  • méningocoque de sérogroupe C ;
  • rougeole, oreillons et rubéole.
Pour les résidents de la Guyane, le vaccin contre la fièvre jaune est obligatoire à partir de 1 an.

Dès 2 mois, la première injection est pratiquée avec 2 autres injections à 3/6 semaines d'intervalle. Un rappel est effectué après 1 an puis 3 autres rappels tous les 5 ans.

Une fois adulte, un rappel tous les 10 ans est suffisant. Ce rappel n'est pas obligatoire mais recommandé.

Bon à savoir : 
 
Dans certains milieux professionnels, certaines vaccinations sont également obligatoires.  Il appartient à l'intéressé et au Médecin du Travail de vérifier qu'elles ont bien été pratiquées.
 
 

Les vaccins recommandés

Certains vaccins ne sont pas obligatoires mais fortement recommandés. Ils sont le plupart du temps injectés en même temps que les vaccins obligatoires.

Pour les personnes nées avant 2018, ce sont les vaccins contre :

  • La coqueluche : maladie en constante augmentation.
  • L'haemophilus influenzae type b : à l'origine de certaines méningites et leurs complications.
  • Le pneumocoque : à l'origine de méningites bactériennes qui peuvent être mortelles. Il touche les enfants de moins de 2 ans et les adultes de plus de 64 ans.
  • La rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) :  Trois maladies très contagieuses qui peuvent avoir de graves conséquences. Le rougeole touche de plus en plus d'adolescents et de jeunes adultes à des niveaux de gravité différents pouvant aller jusqu'au décès.
  • Le méningocoque de type C, à l'origine de maladies graves, dont les méningites, chez les enfants, les adolescents et les jeunes adultes.
  • Les papillomavirus humains (HPV) pour les jeunes filles à partir de 14 ans, dans le cadre de la lutte contre le cancer du col de l'utérus.
Pour les enfants nés à partir de 2018, les vaccins recommandés concernent : 
  • les maladies telles que la tuberculose, la varicelle, la grippe, le zona ;
  • les infections à papillomavirus humains.


Les vaccins recommandés sont pris en charge par la Sécurité Sociale à hauteur de 65% sur prescription médicale.

2 exceptions : sont pris en charge à 100% par l'assurance maladie :

  • Le vaccin ROR pour les vaccins effectués jusqu'à l'âge de 17 ans.
  • Le vaccin contre la grippe pour les personnes âgées à partir de 65 ans ainsi que les personnes à risque ou atteintes d'affection de longue durée.
 

La Caisse d'Assurance Maladie publie également un calendrier simplifié qui synthétise les vaccins et leurs rappels selon les âges de la vie.

Profitez d'une visite chez votre médecin traitant pour faire le point avec lui !

Nos solutions

Partager

Informations non-contractuelles données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. Generali ne saurait être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature lié aux informations fournies.