droits_chirurgie_esthetique

Chirurgie esthétique : quels sont vos droits ?

Rhinoplastie, implants mammaires, liposuccion… Comme toute intervention chirurgicale, les opérations esthétiques comportent des risques. En cas de problème, existe-t-il des recours ? Quels sont les droits du patient ? Le point sur les précautions à prendre et la marche à suivre en cas de problème.

Chirurgie ou médecine esthétique ?

La chirurgie esthétique est une spécialité médicale, reconnue comme telle en France, contrairement à la médecine esthétique. Un chirurgien spécialisé en chirurgie « plastique reconstructrice et esthétique », pourra effectuer tous les types d’opérations esthétiques. Les médecins, quant à eux, peuvent également réaliser des interventions esthétiques, mais celles-ci doivent rester limitées à leur domaine de compétence et sont souvent des traitements légers : peelings, injections, etc.
En France, près de 3 500 médecins pratiqueraient la médecine esthétique, alors que seuls 480 chirurgiens esthétiques sont qualifiés par le Conseil National de l’Ordre des Médecins(1).

Avant l’opération

Avant de vous opérer, votre chirurgien a l’obligation légale de vous informer le plus clairement possible. Il doit vous préciser les conditions dans lesquelles se déroulera l’opération, les risques que vous encourez ainsi que les éventuelles complications. En cas de doute ou de questions, n’hésitez surtout pas à lui en faire part.

Votre chirurgien doit également vous fournir un devis détaillé, sur lequel figure notamment sa qualification.
Vous disposez d’un délai de réflexion de 15 jours minimum avant d’accepter le devis : au cours de cette période, le chirurgien ne peut percevoir aucune somme d’argent, à l’exception du règlement des honoraires de la consultation.
Sachez également que, à tout moment, vous êtes libre de renoncer à l’intervention.

En cas de problème

Peu de recours existent en chirurgie esthétique. Les chirurgiens esthétiques ont une obligation de moyens renforcée, et non de résultats : c’est-à-dire que l’acte médical, par principe, comporte des aléas, et ne peut donc engager la responsabilité immédiate du médecin. Si vous estimez toutefois que le chirurgien n’a pas réussi son opération, vous pouvez vous tourner vers la justice et le mettre en cause. Lors de la procédure judiciaire, vous devrez apporter la preuve que le chirurgien a commis une faute ou manqué à ses obligations.
Enfin, en cas d’erreur ou d’accident de chirurgie esthétique, n’hésitez pas à informer directement l’Ordre des Médecins.

(1) Source : Société Française des Chirurgiens Esthétiques Plasticiens

Dossier mis à jour le 19/07/2012

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.