Skip to main content
Le stress au travail : quel est le rôle du manager ?

Le stress au travail : quel est le rôle du manager ?

1 salarié français sur 5 se dit quotidiennement victime de stress au travail, selon une étude ADP publiée en avril 2019. Faut-il pour autant jeter la pierre aux managers ? Face au phénomène de stress professionnel, s’ils sont parfois, malgré eux, à la source des tensions… ils sont tout aussi souvent à l’origine des solutions.

Les causes du stress au travail sont évidemment multiples et complexes ; elles diffèrent dans le secteur de la santé, dans l’industrie ou dans la finance, et prennent des formes différentes selon les postes occupés. Mais selon Dominique Lhuillier, chercheuse en psychologie du travail au CNAM, l’injonction à la performance et le développement de la culture du reporting —et donc du contrôle— n’y sont pas pour rien, notamment pour expliquer les mécanismes de burn-out.

La responsabilité du manager ne cesse de s’élargir sur le plan RH : il est en première ligne lors des entretiens annuels, il valide les congés et est force de proposition dans le choix des formations de ses collaborateurs, etc… Tel un funambule, le manager doit trouver l’équilibre pour atteindre ses objectifs opérationnels, tout en veillant au développement et au bien-être des membres de son équipe… sans craquer lui-même. Face aux risques psycho-sociaux, quelle posture doit-il adopter ?

Prendre le temps de se former chaque année… pour se protéger

Orienter les équipes, temporiser, rassurer, protéger… qu’il le veuille ou non, le manager absorbe au quotidien la pression environnante. Prendre régulièrement du recul sur son rapport au travail et questionner ses pratiques managériales à travers des formations est indispensable pour tous les managers, y compris les plus chevronnés. Si le don du management n’est pas inné, il n’est pas non plus immuable. Objectif n°1 : se prémunir soi-même du stress que l’on peut trop facilement projeter sur les autres.

Faire de la prévention au sein de son équipe… et libérer la parole

Selon l’étude ADP, 80 % des salariés ne se sentent pas assez en confiance pour parler d'un problème de mal-être au travail à leur manager. Le stress professionnel, aussi banal soit-il, n’en reste pas moins tabou. Charge au manager d’anticiper les dérives en posant explicitement la question sur la table, non seulement lors des points en face-à-face, mais aussi publiquement, lors des réunions d’équipe.

Identifier les signaux faibles

Un salarié en souffrance professionnelle n’est pas toujours visible à l’œil nu. Certains comportements peuvent alerter le manager : présentisme, changements d’humeur, isolement, fatigue chronique, etc.

Promouvoir et partager les bonnes pratiques

Une fois le stress installé, il n’est pas si facile de le désamorcer. Le rôle du manager consiste donc à trouver des solutions très concrètes pour aider ses collaborateurs à reprendre le dessus. Les techniques de méditation de pleine conscience sont particulièrement efficaces. De nombreuses applications mobiles ont également été développées ces dernières années. Autre bonne pratique : militer en faveur du droit à la déconnexion auprès des équipes. Et ne négligez pas l’importance de donner l’exemple !

Sources
adp.com

Partager

Informations non-contractuelles données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. Generali ne saurait être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature lié aux informations fournies.