Skip to main content
Ouvrir son cabinet d'avocat en 5 étapes

Ouvrir son cabinet d'avocat en 5 étapes

Après avoir débuté votre carrière comme collaborateur au sein d’un cabinet, peut-être souhaitez-vous travailler à votre compte. Conseils stratégiques et juridiques, découvrez comment bien démarrer.

Étape 1 : Vérifier que vous respectez les conditions d’exercice de la profession

L’exercice de la profession est réglementé. Il convient donc de vous assurer que vous respectez toutes les conditions. Ainsi, pour exercer en France, l’avocat doit être :

  • de nationalité française ou européenne (sauf cas exceptionnel) ;
  • être inscrit auprès du barreau dont dépendra votre cabinet.

Une copie de l’inscription au barreau sera en effet exigée lors de la création du cabinet d’avocat. Si vous êtes spécialisé dans un ou plusieurs domaines du droit, pour s’en prévaloir, il est nécessaire d’obtenir un certificat ou une mention de spécialisation auprès du Conseil national des barreaux.

Étape 2 : Choisir la forme de votre structure

Libérale et indépendante, l’exercice de la profession d’avocat peut prendre différentes formes. Il est en effet possible d’exercer :

  • à titre individuel ;
  • en association ;
  • en société civile professionnelle ;
  • en société d’exercice libéral ;
  • en société commerciale.

 
Vous pouvez aussi choisir d’exercer seul, en créant une entreprise individuelle.
 

66 958, c’est le nombre d’avocats comptabilisés en France au 1er janvier 2018.

Vous pouvez également vous associer avec d’autres avocats. Il existe alors plusieurs structures possibles :

  • l'AARPI : association d'avocats à responsabilité professionnelle individuelle ;
  • la SCP : société civile professionnelle qui permet une simple mise en commun des moyens d'exercice comme les locaux, le secrétariat… ;
  • la SEL : société d'exercice libéral, qui permet à leurs membres d'exercer leur activité sous la forme des sociétés de capitaux. Elle relève de l’impôt sur les sociétés ;
  • toutes les sociétés de forme commerciale (SARL, SA, SAS et SCA) à l’exception de la SNC et des sociétés en commandite2.

Étape 3 : Bien vous entourer

Pour vous aider à choisir la forme d’exercice qui conviendra le mieux à votre profil, faites-vous conseiller avant de vous lancer. Vous pouvez contacter :

  • le Barreau entrepreneurial si vous êtes au Barreau de Paris, ou l’éventuel équivalent au sein de votre barreau ;
  • l’Association Nationale d’Assistance Administrative et fiscale dédiée aux Avocats (ANAAFA) ou d’autres Associations de gestion agréées (telle que les ARAPL, l’AGIL) pour les questions comptables ;
  • la Fédération Nationale des Unions de jeunes Avocats (FNUJA) ou mieux l’Union des jeunes avocats (UJA) locale ;
  • le Réseau Structure National, constitué par le Conseil national des barreaux. Il recense des avocats qui répondront efficacement à vos besoins de conseils et d’assistance quant aux structures d’exercice.

Étape 4 : Élaborer la stratégie de développement de votre clientèle

Ouvrir son cabinet implique de développer soi-même sa clientèle. Il faut donc y être préparé. C’est la condition indispensable pour maîtriser son chiffre d’affaires. Il convient en effet d’établir en amont un plan de développement, avant même votre installation. Un business plan au minimum sera d’ailleurs certainement demandé par votre banquier et il vous permettra de construire un projet solide. Appuyez-vous sur votre réseau personnel et professionnel, mais tournez-vous aussi vers vos confrères. Votre compétence et votre positionnement peuvent les intéresser. À ce titre, un partenariat ou un échange peut être productif pour les uns comme pour les autres. Pensez à communiquer via notamment votre site internet, une newsletter, des publications sur les réseaux sociaux (Linkedin, Twitter…), l’organisation d’événements thématiques, des interventions dans des conférences ou à apparaître dans les médias en participant à des interviews.

Étape 5 : Choisir votre lieu d’exercice

Pour ouvrir un cabinet il faut choisir un siège social (domicile ou autre lieu) dont dépendra votre lieu d’exercice et le barreau auquel vous serez rattaché. L’implantation du cabinet a son importance à la fois vis-à-vis de la clientèle que vous recevrez, mais également pour des raisons pratiques (proximité du tribunal, par exemple). Il convient également d’étudier la concurrence existante.
En outre, les locaux représentent un poste budgétaire important. Pour limiter vos frais au départ vous pouvez choisir de vous installer chez-vous, en sous-location ou en location d’une surface partagée entre plusieurs avocats ou en centre d’affaires. Assurez-vous toutefois que les services communs (secrétariat, accueil, salle d’attente...) fonctionnent dans le respect des règles de la déontologie auxquelles doivent répondre les avocats (respect de la confidentialité et du secret professionnel). Une fois le lieu d’exercice choisi, vous devrez faire une déclaration de domicile professionnel au barreau auprès duquel vous vous inscrivez. Vous devrez fournir une copie du bail professionnel ou commercial ou le titre de propriété, le plan des locaux et la copie du règlement de copropriété.

 

1justice.gouv.fr
2 Il s’agit de sociétés commerciales dans lesquelles certains associés (les commanditaires) sont bailleurs de fonds alors que d'autres se chargent de la gestion.
 

Partager