Si vous avez connu des périodes de chômage au cours de votre vie professionnelle, celles-ci pourront être prises en compte pour le calcul des trimestres nécessaires à l'obtention de votre retraite. Attention toutefois : elles auront un impact négatif sur le montant de votre future pension...

Les droits ouverts par le régime général

Pour calculer le nombre de trimestres validés, la Caisse nationale d'assurance vieillesse (CNAV) différencie les périodes de chômage indemnisé et non indemnisé.

  • Vos périodes de chômage indemnisé

Tous les trimestres indemnisés par un régime d'assurance chômage sont comptabilisés pour le calcul de la durée d'assurance, c'est-à-dire le nombre total de trimestres validés qui sert de base au calcul de la retraite.

Pour le régime général, 1 trimestre est validé pour 50 jours de chômage indemnisés (dans la limite de 4 trimestres par année civile).

  • Vos périodes de chômage non indemnisé

Les jours de chômage non-indemnisé ouvrent également droit à la validation de trimestres, mais dans une moindre mesure :

- Les périodes validées peuvent aller jusqu'à 20 trimestres (soit 5 ans) pour les chômeurs âgés d'au moins 55 ans, à condition qu'ils aient cotisé au moins 20 ans durant leur vie professionnelle ;

- En dessous de 20 ans de cotisations, les périodes de chômage non indemnisé validées sont limitées à 1 an.

  • Vous avez été au chômage avant 1980

En 1980, le système de retraite a été modifié et fonctionne tel qu'expliqué ci-dessus. Avant cette date, le système était plus favorable aux chômeurs :

Toutes vos périodes de chômage involontaire antérieures au 1er janvier 1980 - qu'elles aient été indemnisées ou non - ouvrent droit à des trimestres assimilés, à condition que vous ayez été inscrit à l'ANPE.

  • Projet de réforme des retraites : un coup de pouce pour les jeunes

Dans le cadre de la réforme en cours du système de retraite, le gouvernement souhaite compenser les difficultés des jeunes qui connaissent des débuts de carrière fragmentés  et en situation précaire : ceux-ci devraient pouvoir valider jusqu'à 6 trimestres d'assurance au titre de la première période de chômage non indemnisé, au lieu de 4 aujourd'hui.

Les droits ouverts par votre régime complémentaire

Seules vos périodes de chômage indemnisées peuvent vous ouvrir des droits auprès des régimes Arrco et Agirc, à une double condition :

-Votre période de chômage doit avoir succédé à une période pendant laquelle vous aviez cotisé auprès d'une caisse de retraite complémentaire.

- Vous devez avoir perçu une des allocations suivantes :

  • Allocation d'aide au retour à l'emploi
  • Allocation spécifique de reclassement
  • Allocation de transition professionnelle
  • Allocation de solidarité spécifique
  • Allocation équivalent retraite
  • Allocation au titre de la retraite progressive
  • Allocation sociale du Fonds national de l'emploi
  • Indemnisation au titre des congés de conversion visés à l'article R. 5111-2-4 du Code du travail.

Quel impact sur le montant de votre pension ?

Dans le régime de base, vos périodes de chômage indemnisé ne sont pas prises en compte dans le calcul des 25 meilleures années, c'est-à-dire celles qui servent pour calculer le montant de votre pension de base.

Dans le régime complémentaire, vos périodes de chômage indemnisé vous permettent de continuer à acquérir des points, mais en quantité réduite. Le taux d'acquisition des points varie en fonction :

  • de la tranche A et B des salaires ;
  • du type d'allocation que vous avez perçue.

Les périodes de chômage non-indemnisé n'ouvrent droit à aucun point de retraite complémentaire.

Pour les pensions de base et complémentaires, le calcul de votre retraite est basé sur le salaire journalier de référence indiqué par Pôle Emploi.

Soyez prévoyant !

Vos périodes de chômage risquent de faire baisser le montant de votre future retraite. Pour y pallier, constituez-vous progressivement un capital d'épargne retraite, en profitant par exemple des nombreuses possibilités offertes par l'assurance vie multisupport.

Dernière mise à jour le 20/10/2010

Informations non contractuelles à caractère publicitaire. Les garanties peuvent donner lieu à exclusions, limitations et franchises. Pour connaître le détail, l’étendue et les conditions de garantie, reportez-vous à la notice d’information valant conditions générales et particulières du contrat. La souscription d’un contrat demeure soumise à nos règles d’acceptation des risques.

Nos solutions