Skip to main content
Cumuler retraite et activité professionnelle : comment ça marche ?

Cumuler retraite et activité professionnelle : comment ça marche ?

Trois actifs sur quatre estiment que leurs ressources financières seront insuffisantes à la retraite.* Certains retraités décident alors de reprendre une activité professionnelle pour compléter leur pension. Le point sur les règles et les démarches à suivre.

Le cumul emploi-retraite : total ou partiel selon votre situation

À la retraite, rien ne vous empêche de reprendre une activité professionnelle pour compléter votre pension avec un revenu d’activité. Vous devrez toutefois vous conformer à certaines règles. Elles varient selon votre régime d’affiliation à la retraite et selon la nature des emplois occupés au cours de votre vie active (salarié, indépendant, fonction publique…). En fonction de votre situation, le cumul peut être total ou partiel. 

Bon à savoir : depuis 2015, le cumul emploi-retraite ne permet plus de valider des trimestres et des points supplémentaires. Pour continuer de valider des droits à la retraite, envisagez plutôt l’option d’une retraite progressive. 

Vous bénéficiez d’une retraite à taux plein

Dans ce cas, vous pourrez cumuler intégralement votre pension de retraite avec des revenus professionnels. Pour rappel, les conditions d’une retraite à taux plein sont les suivantes : 

  • avoir cessé toute activité salariée/non salariée relevant d’un régime obligatoire de retraite de base français ;
  • avoir atteint l’âge minimum légal de départ à la retraite, qui est de 62 ans pour les personnes nées à partir du 1er janvier 1955 ;
  • avoir validé le nombre de trimestres minimum requis (entre 150 et 172 selon le régime et l’année de naissance) ou atteint l’âge d’annulation de la décote (entre 65 et 67 ans selon les régimes) ;
  • avoir liquidé l’ensemble de vos pensions de retraite de base et complémentaire.

Si vous réunissez ces conditions, vous pourrez cumuler, sans restriction, votre pension avec les revenus d’une activité dépendant de n’importe quel régime, y compris celui qui verse votre pension. Si vous étiez salarié, vous pourrez aussi bien reprendre un emploi salarié dans une entreprise ou exercer une activité indépendante. 

À noter qu’il n’est pas obligatoire de cesser les activités :

  • qui vous affilient auprès d’un régime de retraite étranger ;
  • qui sont bénévoles ;
  • qui relèvent d’un régime de retraite vous autorisant à les poursuivre au-delà du départ à la retraite. 

Vous bénéficiez d’une retraite partielle

Si vous êtes partis en retraite à l’âge légal (62 ans) mais n’avez pas validé le nombre de trimestres requis ou êtes parti en retraite anticipée, vous bénéficiez d’une retraite partielle. Dans ce cas, vous pourrez cumuler vos pensions avec :

  • une activité salariée dans les secteurs privés, publics ou agricoles sous certaines conditions ;
  • une activité non salariée ou salariée dans un autre secteur.

Vous pourrez continuer à toucher votre pension de base sous certaines conditions : 

  • si vous reprenez une activité salariée chez votre dernier employeur, le cumul emploi-retraite n’est possible que 6 mois après l’arrêt de votre activité et votre admission en retraite ;
  • avant 6 mois, le versement de votre pension sera suspendu pendant les 6 premiers mois suivant votre départ en retraite.

Passé ce délai, vous pouvez cumuler vos pension de retraite (de base et complémentaire) avec un montant plafond de revenus :

Régime général de retraite 

Le régime général des salariés, des salariés agricoles et la plupart des régimes spéciaux appliquent les mêmes règles :

98,25 % de votre salaire brut et des montants bruts de vos pensions de retraite de base et complémentaire ne doivent pas dépasser : 

  • 160 % du Smic (2 433 € en 2019)
  • ou la moyenne des salaires perçus les trois derniers mois d’activité avant votre départ en retraite. 

C’est le plafond le plus avantageux qui sera retenu. 

Régimes complémentaires 

À l’Agirc-Arrco, les règles sont les mêmes, mais le plafond de ressources n’est pas calculé de la même manière. Ainsi, le cumul de vos revenus d’activité et vos pensions de retraite ne peuvent dépasser la plus élevée de ces trois sommes : 

  • 1,6 fois le Smic (2 433 € en 2019) ;
  • votre dernier salaire mensuel ;
  • la moyenne du salaire mensuel de vos 10 dernières années de salaire.

Quelles démarches effectuer pour cumuler retraite et activité professionnelle ? 

La reprise d’une activité professionnelle à la retraite passe obligatoirement par la liquidation de l’ensemble de vos pensions de retraite, dans tous les régimes (salariés, artisans/commerçants, professions libérales, agricoles, fonction publique et régimes spéciaux). Les démarches diffèrent ensuite en fonction de votre ancien statut et de votre nouvelle activité. 

  • Vous étiez salarié

Informez votre caisse de retraite principale au cours du mois suivant la reprise d’activité en lui transmettant les précisions suivantes : 

  • nom et adresse de l’employeur ; 
  • date de début d’activité ;
  • montant et nature des revenus professionnels ; 
  • régime d’affiliation correspondant à la nouvelle activité ; 
  • bulletins de salaire ou justificatifs des nouveaux revenus ; 
  • nom et adresse des autres organismes de retraite versant une pension.

Vous avez la possibilité de reprendre votre dernier emploi salarié en signant un nouveau contrat de travail avec votre employeur, après un délai de 6 mois (non-applicable dans une autre entreprise).

  • Vous étiez travailleur indépendant (artisans, commerçants, industriels et professions libérales)

Si vous exercez à votre compte, vous devez aussi commencer par arrêter toute activité indépendante pour liquider vos pensions de retraite, mais vous n’êtes pas obligé de fermer votre entreprise. Puis, effectuez les démarches suivantes : 

pour reprendre votre activité, faites une demande auprès de votre caisse de sécurité sociale des indépendants ;
pour changer d’activité, remettez une attestation de cessation d’activité à votre caisse de retraite en précisant votre volonté de cumuler votre pension de retraite avec une nouvelle activité professionnelle.

Bon à savoir : l’activité professionnelle exercée pendant la retraite est soumise à cotisations, mais ne permet plus, depuis 2015, d’acquérir de nouveaux droits de retraite (validation de trimestres et points supplémentaires). 

* 17e édition du baromètre Les Français, l’épargne et la retraite du Cercle des Epargnants, réalisé avec l’institut Ipsos, publié le 26 mars 2019. 
 

Nos solutions

Partager

Informations non-contractuelles données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. Generali ne saurait être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature lié aux informations fournies.