Vous souhaitez transformer un local en pièce à vivre, construire une nouvelle pièce ou créer une véranda ? Le point sur les formalités administratives à accomplir avant d'engager les travaux et les financements auxquels vous pouvez accéder.

Le Plan Epargne Logement et le Compte Epargne Logement

Si vous disposez d'un Plan Epargne Logement (PEL) ou d'un Compte Epargne Logement (CEL) ouvrant droit à prêt, vous pouvez bénéficier d'un prêt à un taux intéressant pour financer vos travaux, après avoir épargné respectivement 4 ans et 18 mois sur ces plans.

Le montant du prêt est plafonné à 92 000 € avec un PEL et à 23 000 € avec un CEL.

Le prêt conventionné

Ce prêt immobilier permet de financer à 100 % l'agrandissement d'une résidence principale (extension ou surélévation). Il se rembourse en 5 ans au minimum et en 30 ans maximum.

Le prêt à l'amélioration de l'habitat

Le prêt à l'amélioration de l'habitat (PAH) est accordé aux propriétaires ou locataires qui perçoivent des allocations familiales. Ce prêt peut atteindre 80 % des dépenses engagées, dans la limite de 1067,14 € au taux de 1 %. Il est remboursable en 36 mensualités égales. Sa demande s'effectue auprès de votre caisse d'allocations familiales.

Le prêt à taux zéro

Ce prêt s'adresse aux acquéreurs, qui deviennent propriétaires pour la 1ère fois et dont les ressources ne dépassent pas un certain plafond. Ce dernier varie selon le nombre de personnes composant le foyer et le lieu de domicile. Son montant ne peut excéder :

  • plus de la moitié du montant des autres prêts de plus de 2 ans concourant au financement de l'opération,
  • 20 % du coût de l'opération (30 % en zone franche urbaine et en zone urbaine sensible), dans la limite d'un plafond variable selon la localisation du logement, de son caractère neuf ou ancien et du nombre de personnes composant le foyer.

La durée du prêt est de 6 à 22 ans, en fonction de vos revenus.

 

Revenir au début du dossier :

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.